•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fête de fin d’année pourrait coûter cher à des élèves de Nelson

Des oeufs, des retailles de papier, des condiments et du colorant alimentaire répandus sur le plancher et les murs d'un couloir d'école.

Plusieurs couloirs de l'École secondaire L.V. Rogers à Nelson, en Colombie-Britannique, ont été parsemés de détritus.

Photo : Police de Nelson

Radio-Canada

Des élèves de l'école secondaire de Nelson, en Colombie-Britannique, pourraient faire face à des accusations criminelles. Samedi soir, ils se seraient offert une petite fête à leur goût après s'être introduits illégalement dans l'établissement, selon la police. Leurs célébrations ont causé des dommages.

Les forces de l’ordre indiquent que les actes de vandalisme commis à l’École secondaire L.V. Rogers ont causé des dommages évalués à plusieurs milliers de dollars, notamment à cause de l’inondation du sous-sol du bâtiment.

L’incident a conduit à l’annulation de cours, lundi. Le nettoyage a, quant à lui, mobilisé une quarantaine de parents, d’enseignants et de concierges, explique le sergent Brian Weber, de la police de Nelson.

En plus de quelques douzaines d’oeufs, du ketchup, de la moutarde, de la crème à raser, des déchets de toutes sortes et du colorant alimentaire ont été répandus sur deux étages de l’école, ajoute-t-il.

Les suspects pourraient faire face à des accusations d’entrée par effraction et de méfait de plus de 5000 $.

C’est un assez gros montant si on considère que ce sont des jeunes, note le sergent Weber. On ne veut pas nécessairement penser d’abord à des accusations, mais c’est une des possibilités.

Selon lui, la décision de porter des accusations s’appuiera sur des interrogatoires complets et francs d’une vingtaine d’élèves et de parents.

Quatre élèves ont été arrêtés et remis en liberté. Des accusations pourraient être déposées contre ceux qui sont considérés comme les initiateurs de l’incident, explique le sergent Weber.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !