•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Vancouver dénonce l’inertie de sa police en matière de racisme systémique

Kennedy Stewart en point de presse dans un parc.

Le maire de Vancouver et président du Conseil de la police de Vancouver a choisi de confier le rôle de porte-parole du conseil à son vice-président.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, abandonne le rôle de porte-parole du conseil de la police municipale à cause de ce qu’il considère comme l’inaction « indéfendable » du corps policier en matière de racisme systémique.

Les allégations qui plombent la réputation du Service de police de Vancouver (VPD) et soulèvent les passions ont conduit le maire à confier la tâche de porte-parole au vice-président du conseil.

M. Stewart déplore notamment le refus du corps policier de reconnaître l’existence du racisme systémique en son sein.

Des incidents connus

Au VPD, le chef de police Adam Palmer nie l’existence de racisme systémique dans ses troupes malgré certains incidents récents.

Mercredi, l’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique et la Première Nation Heiltsuk ont demandé le droit d’intervenir au Tribunal des droits de la personne de la province dans la cause de Maxwell Johnson.

M. Johnson et sa petite-fille ont été menottés alors qu’ils tentaient d’ouvrir un compte bancaire à une succursale de la Banque de Montréal à Vancouver, en 2019.

Le mois dernier, le Bureau du commissaire aux plaintes contre la police a demandé au conseil de la police municipale d’étudier l'arrestation d’un juge à la retraite. L’homme noir avait pourtant quelques décennies de plus que le suspect recherché.

Pour certains policiers, le fait même que le maire de Vancouver parle de racisme systémique au sein des forces de l’Ordre pose problème.

Le leader syndical Blair Canning a déposé une plainte au conseil de la police contre des propos de Kennedy Stewart à ce sujet parce qu’ils créent, selon lui, des tensions au VPD.

Cette plainte est plutôt insensée et instrumentalise un système de plainte à des fins politiques, affirme le maire de Vancouver.

Dès que vous commencez à vous opposer au racisme systémique, des gens se mettent en colère.

Une citation de :Kennedy Stewart, maire de Vancouver

Des militants veulent la tête du chef de police

Pour le militant antiraciste Markiel Simpson, la solution au problème passe par la démission ou le congédiement du chef de police.

Un an après la mort de George Floyd, le monde a évolué et les gens comprennent que le racisme systémique existe bel et bien, explique-t-il.

De son côté, le maire Stewart dit tout faire pour réformer la police, mais il précise que c’est au conseil d’intervenir, car comme président, il n’a qu’une seule voix au chapitre.

La police doit relever de la Ville de Vancouver, pas d’un conseil indépendant nommé par la province, croit-il.

La police veut continuer d’évoluer

Adam Palmer en entrevue à l'extérieur d'un immeuble.

Le chef du VPD, Adam Palmer, nie l'existence de racisme systémique dans son corps policier.

Photo : Radio-Canada / CBC/Ken Leedham

Au sujet de la plainte du sergent Blair Canning contre le maire, le service de police répond que malgré les changements importants survenus au cours des dernières décennies, [le VPD] maintient son engagement à dialoguer avec la communauté et à continuer d’évoluer.

Des agents ont subi les contrecoups des remarques du maire de Vancouver à propos du racisme systémique, affirme le corps policier.

La priorité de notre direction est de s’assurer que ses membres se sentent en sécurité et soutenus pendant qu’ils gèrent quotidiennement des situations difficiles et, souvent, dangereuses, ajoute le VPD.

Entre-temps, Kennedy Stewart dit avoir entrepris des démarches pour que la plainte du sergent Canning soit rendue publique parce que, selon lui, le texte semble confondre racisme systémique et personne raciste.

Le racisme systémique, c’est quand des institutions sont créées de telle sorte que la justice ne s’exerce pas également pour tous, explique le maire, alors que les personnes racistes sont des gens qui font la promotion de la haine.

Avec les informations de Bridgette Watson et de l’émission The Early Edition

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !