•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mémorial de Saint-Jean-Vianney vandalisé

Une structure en aluminium.

La pièce retirée, de quelques centimètres de long et de large (visible à gauche où c'est plus foncé), faisait partie d'une structure qui illustrait par strates la topographie du site du glissement de terrain.

Photo : Julie Dufour

Inauguré le 4 mai dernier, le mémorial de la tragédie de Saint-Jean-Vianney a été vandalisé, alors qu'une pièce d'aluminium a été retirée, visiblement après de gros efforts.

La situation a été dénoncée par la conseillère municipale du secteur et présidente de l'arrondissement de Jonquière, Julie Dufour. Elle a été alertée par des citoyens.

La pièce retirée, de quelques centimètres de long et de large, faisait partie d'une structure qui illustrait par strates la topographie du site du glissement de terrain qui avait coûté la vie à 31 personnes le 4 mai 1971.

On voit facilement à l'oeil que les gens ont utilisé probablement des chalumeaux pour chauffer le métal. Ils ont pris des outils. Ils ont réussi à partir avec une plaquette d'aluminium, une des plus petites. On voit qu'il y a eu beaucoup de travail. [...] On avait prévu des infrastructures indestructibles... qui ne semblent pas être indestructibles. On voit que les gens l'ont brisée une fois de trop, a-t-elle raconté après être revenue du site en soirée.

Des dommages causés par la chaleur sont bien visibles tout autour de la pièce retirée. Le site est accessible après une marche d'environ cinq minutes.

Une structure en aluminium.

Des dommages sont bien visibles tout autour de la pièce retirée.

Photo : Julie Dufour

Aussi pire que piller une tombe

La Ville de Saguenay avait inauguré ce mémorial pour souligner les 50 ans de ce triste événement qui a marqué l'histoire de la région. Julie Dufour a travaillé durant de nombreuses années pour mettre en valeur l'histoire de ce secteur, en compagnie de survivants. Elle était véritablement abasourdie et triste au moment de l'entrevue.

Non seulement, c'est aussi pire que piller une tombe ou détruire un cimetière et même encore pire dans mon esprit. Après 50 ans de sinistres, 50 ans de blessures, j'ai des commentaires toutes les semaines de survivants ou de familles proches et de gens qui ont connu l'histoire qui ont enfin un endroit pour se retrouver, pour se recueillir, pour se raconter. Il y a enfin une place qui marque ce qui a été leur village, leur vie d'antan. Là, de saccager ça, pour quoi là, trois dollars d'aluminium, c'est terrible, c'est inacceptable, c'est punissable, a-t-elle déploré, toujours sous le choc.

Les dommages devraient être évalués vendredi. Demain, j'ai des gens du service de la culture, qui m'ont déjà contactée, qui vont aller sur les lieux voir ce qu'il est possible de faire rapidement et quels sont les dommages qui ont été encourus, a-t-elle annoncé.

Des représentants de Saguenay et de l'organisation des commémorations posent devant le monument rendant hommage aux victimes du glissement de terrain.

Le monument avait été inauguré le 4 mai lors d'une cérémonie à laquelle participait la présidente de l'arrondissement de Jonquière, Julie Dufour.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Récemment, du vandalisme avait aussi été noté à La Baie, alors que des individus ont incendié une plateforme en bois qui permettait aux personnes à mobilité réduite de pêcher sur la rivière à Mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !