•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Josée Godi seule devant la pandémie

Marie-Josée Godi dans son bureau.

Marie-Josée Godi est directrice de la santé publique en Mauricie-Centre-du-Québec depuis 2017.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Poliquin

Radio-Canada

Faute de main-d'œuvre, la directrice de la Santé publique régionale, Marie-Josée Godi, a affronté la pandémie seule.

L’équipe de la docteure Godi devrait être composée de neuf personnes. Pourtant, à l’heure actuelle, cinq de ces postes sont vacants alors que les trois autres sont absents.

Toutefois, pour pallier ce manque d'effectif, le CIUSSS confirme que la Dre Godi est actuellement soutenue par quatre omnipraticiens et des médecins affectés à de nouvelles tâches dans le contexte de la pandémie.

Si la pénurie de main-d'œuvre dans le milieu de la santé n’étonne personne, la situation de la Mauricie et du Centre-du-Québec, elle, surprend notamment l’Estrie.

Dans cette région voisine, la problématique est loin d’être la même alors qu'il y a sept postes occupés et seulement trois à combler.

C’est pas toujours facile de recruter des médecins spécialistes. Il en manque dans toute la province, mais je ne connaissais pas, je dirais, le degré de la pénurie dans votre région , a admis le directeur de la Santé publique de l’Estrie, Alain Poirier.

Aucun bris de services, assure les omnipraticiens de la région

Malgré ce manque de personnel au sein de la garde rapprochée de la Santé publique de la région, aucun ralentissement dans les processus décisionnels et dans la campagne vaccinale n’a été observé par l’Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie.

Je peux comprendre que des gens qui ont des enjeux économiques, dans une situation de pandémie, trouvent toujours que les délais sont trop longs. Mais je pense que les délais ont été raisonnables, dans un contexte où la science était à faire. Et fallait prendre des décisions avec une certaine méconnaissance de l'entièreté des enjeux , soutient le président de l’Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie, Pierre Martin.

Lors des enquêtes épidémiologiques, cependant, l’association avoue avoir senti l'effet de ces absences.

Le docteur Martin salue tout de même la sagesse des décisions prises par Marie-Josée Godi et avoue être optimiste pour la suite des choses.

Le CIUSSS a décliné notre demande d’entrevue avec la docteure Marie-Josée Godi, mais précise mettre en place des stratégies afin de remédier à la situation.

Avec la collaboration de Magalie Masson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !