•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre les tortues en photo les met en danger, selon les Jardins botaniques royaux

Deux tortues.

Les Jardins botaniques royaux ont des conseils pour les personnes qui finissent par apercevoir une tortue dans le sud de l'Ontario.

Photo : CBC/Bruce Reeve

Radio-Canada

Les Jardins botaniques royaux (RBG), qui sont chargés de zones de protection de l'environnement et de jardins culturels dans le sud de l'Ontario, veulent que les gens évitent de prendre des photos de tortues et de les partager sur les réseaux sociaux, car cela peut participer à mettre les espèces en danger.

En effet, révéler l'emplacement des nids de tortues pourrait être préjudiciable, selon l’organisation, qui a expliqué le lien de cause à effet ainsi :

Nos espèces de tortues indigènes sont ciblées par les braconniers pour le commerce et la consommation illégaux d'animaux de compagnie. Les braconniers surveillent les réseaux sociaux à la recherche d'étiquettes et d'images qui pourraient les aider à localiser les tortues et les nids.

Une citation de :Jardins botaniques royaux, dans un communiqué

Malheureusement, les populations de tortues sont en déclin, peut-on lire. La saison de nidification est essentielle pour reconstruire les contingents des espèces, mais s'accompagne également de nombreux défis pour les tortues qui sont en grande partie causés par l'activité humaine.

Les tortues nichent de la fin mai à juillet, les femelles enterrant leurs œufs dans des zones sèches, ensoleillées et ouvertes. Les nouveau-nés émergent entre fin juillet et octobre, mais certains passent l'hiver au nid avant de repartir au printemps.

Une tortue tenue par une personne hors du cadre.

De nombreux dangers guettent les populations de tortues, en plus du braconnage.

Photo : Alison Bezubiak

Bien qu'il y ait sept espèces indigènes dans la région, il n'y a que quatre espèces de tortues qui peuvent encore être trouvées sur les terrains des Jardins botaniques.

On estime que pour 1400 œufs de tortue serpentine pondus, un seul survivra jusqu'à l'âge adulte. Les faibles taux de survie des nouveau-nés combinés aux nombreuses années nécessaires pour atteindre la maturité sexuelle signifient que les tortues sont plus sensibles au déclin de la population.

Toutes les espèces de tortues du Canada sont en péril

Le problème des tortues en voie de disparition n'est pas seulement un problème ontarien.

La Fédération canadienne de la faune note que les huit espèces de tortues d'eau douce ont été désignées espèces en péril par le gouvernement fédéral. La fédération affirme que les principales menaces pour l'espèce sont :

  • La mortalité routière.
  • La perte d'habitat.
  • La prédation des nids.
  • Braconnage pour le trafic animalier.

Les RBG notent également qu’outre les braconniers, les tortues sont confrontées à de multiples menaces, notamment les véhicules, la perte d'habitat et les espèces envahissantes.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !