•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pirates ont volé les données de 2300 personnes au CIUSSS de l'est de Montréal

Le méfait a aussi déstabilisé les hôpitaux et les CHSLD, déjà lourdement frappés par la pandémie.

Des mains sur un clavier d'ordinateur.

Les vols de données sont de plus en plus fréquents dans les hôpitaux.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Une attaque informatique probablement lancée de l'Inde plombe le réseau de la santé de tout l'est de l'île de Montréal. Une riposte rapide a permis de récupérer une partie des données volées. Mais les renseignements personnels de 9 patients et de plus de 2340 médecins résidents qui y ont été formés depuis 2005 ont été dérobés.

Durement frappé par la pandémie, le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal se relève d'une attaque informatique qui ralentit les activités. Cette cyberattaque a débuté fin mai et nous l'avons constatée le 3 juin, relate Jean-François Fortin Verreault, directeur général adjoint de l'établissement.

Microsoft et l'équipe de cyberdéfense du ministère de la Santé ont réussi à stopper le ou les assaillants le 5 juin. Mais le système reste fragile. L'intranet est relancé, mais l'accès à Internet n'est pas possible à partir des ordinateurs des hôpitaux ou CHSLD du CIUSSS.

Internet est fermé pour assurer l'intégrité des systèmes d'information. Notre premier objectif est que l'information patient soit sécuritaire.

Une citation de :Jean-François Fortin Verreault, directeur général adjoint, CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

L'intranet fonctionne, mais plusieurs sources dans les deux hôpitaux du CIUSSS affirment que les activités sont perturbées.

Déjà qu'on est pris avec un hôpital vétuste, l'attaque informatique, c'est la cerise sur le sundae, confie une source médicale de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

La direction se veut rassurante à cet égard. L'accès aux dossiers des patients fonctionne, explique M. Fortin Verreault.

Il faut que le gouvernement investisse

Mais même si la riposte a été rapide, des données ont été subtilisées. Il y a un potentiel de 2340 médecins résidents pour lesquels l'identité aurait pu être volée, dit M. Fortin Verreault. Les dossiers de 9 patients qui avaient formulé des plaintes ont aussi été subtilisés.

Tous ces dossiers contiennent des informations personnelles qui peuvent être délicates. Les gens sont tous contactés pour leur offrir une protection Equifax, parce que le risque le plus probable, c'est le vol d'identité, précise le dirigeant.

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal avait pourtant commencé à rehausser son équipement informatique – une décision prise dans la foulée de la cyberattaque dont le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal a été victime l'automne dernier.

Québec travaille à rehausser la protection des données en santé. Mais le député de Québec solidaire Vincent Marissal souhaite qu'on accélère la cadence. Il y a l'équipement qui n'est pas toujours à la fine pointe. Et surtout la pénurie de main-d'oeuvre. Il faut que le gouvernement investisse, dit le député provincial de Rosemont.

Les hôpitaux de plus en plus ciblés

Cette attaque survient au moment où plusieurs établissements ailleurs dans le monde sont l'objet d'attaques informatiques. C'est le cas de l'Hôpital Humber River de Toronto, quasiment paralysé depuis 48 heures.

Les données médicales valent leur pesant d'or, indique Jean-Philippe Décarie-Mathieu, chef de la cybersécurité pour Vigile.

Il croit que le nombre d'attaques contre les hôpitaux n'est pas un hasard. Si les pirates attaquent les hôpitaux, c'est peut-être simplement parce qu'ils sont mal protégés, croit M. Décarie-Mathieu.

Le directeur adjoint du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal observe que le phénomène explose.

À l'échelle internationale, dans le passé, les cyberattaques contre les hôpitaux représentaient 17 % du total. Ça a augmenté à 25 % depuis un an, indique M. Fortin Verreault.

Des problèmes et des coûts supplémentaires pour les réseaux de santé, déjà hypothéqués par la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !