•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coop de l’Arrière-Pays : faciliter les expériences plein air en Abitibi-Témiscamingue

Six personnes, certains portant un casque ou une veste de flottaison, posent dans des escaliers.

Une partie du conseil d'administration de la Coop de l'Arrière-Pays.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

La Coop de l’Arrière-Pays a officiellement été lancée jeudi avant-midi.

L’organisme à but non lucratif a pour mission de créer une culture de plein air sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, en mettant sur pied, par exemple, des expériences en nature.

Il s’agit d’un projet sur lequel travaillent plusieurs partenaires depuis deux ans, en lien avec le développement du pôle aventure-nature au Témiscamingue.

Partir à la découverte du territoire de l’Abitibi-Témiscamingue en canot ou à vélo, c’est notamment ce que propose la Coop de l’Arrière-Pays par l’offre de forfaits plein air guidés ou autoguidés.

On va avoir des activités autoguidées où le circuit est déjà tracé, planifié, il y a une durée dans le temps. On offre une sécurité en louant des équipements de communications satellitaires. Il va y avoir un aspect sécurité pour les gens qui partent sans guide. Pour les gens qui veulent plus d’encadrement, on va avoir des activités guidées, explique le directeur, Danny Laperrière.

Une grande remise a été installée à Ville-Marie. À cet endroit, on peut y louer des vélos, des canots, des vestes de flottaison et de l’équipement pour le camping sauvage. Même si la Coop est localisée à Ville-Marie, sa mission se déploie sur tout le territoire.

Des vélos, casques, glacières, réservoirs d'eau et vêtements de plein air entreposés dans des tablettes.

Du prêt d'équipements de plein air est disponible sur place.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Le quartier général se trouve au Témiscamingue, c’est logique, c’est la locomotive du plein air. La population ici a ciblé le plein air comme une voie de son développement. Mais les opérations seront déployées sur l’ensemble du territoire. Ça nous fait un territoire exceptionnel à explorer et à offrir, avec un beau leadership au Témiscamingue, se réjouit la consultante en développement plein air chez Tourisme Abitibi-Témiscamingue, France Lemire.

Empreinte d’émotions lors du lancement, France Lemire affirme que l’équipe derrière la coopérative, composée de plusieurs bénévoles, a travaillé très fort pour offrir un tel résultat. Le contexte pandémie n’a pas toujours été un élément facilitateur.

Site web transactionnel

L’organisme offrira aussi un service de navette routière et de transport de bagages. Deux roulottes, pour l’hébergement, seront également aménagées à Angliers, en location. Il sera possible de réserver des forfaits ou de louer des équipements via un site Internet transactionnel dès la semaine prochaine.

[Nos forfaits], on veut que ce soit la raison du voyage des touristes pour se rendre en Abitibi-Témiscamingue, venir vivre une aventure. Il faut leur offrir plusieurs jours en nature. Le site va offrir ça également, ajoute France Lemire.

Une mini-maison avec une porte de garage où on a posé une affiche «Coop de l'arrière-pays».

La coop offre des forfaits d'aventure, du transport de bagages, de la location d'équipements, des ateliers et formations ainsi que de l'hébergement, entre autres.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Des ateliers éducatifs et des formations seront organisés au courant de la saison estivale.

La vision de la Coop de l’Arrière-Pays est large et à long terme. Elle souhaite établir des pôles de services dans toutes les MRC de la région.

Chaque dollar investi dans la Coop, ça va vraiment permettre de développer la culture du plein air, ça va être un outil de développement pour l’Abitibi-Témiscamingue, croit le directeur de la Coop de l’Arrière-Pays, Danny Laperrière.

Logo du vidéojournal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !