•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC devrait être retirée des communautés, recommande un rapport parlementaire

Un Comité parlementaire formule 42 recommandations afin de réformer fondamentalement les services policiers au Canada.

Deux agents de la GRC au travail.

Au Canada, la GRC est la force de l’ordre sous contrat fédéral dans environ 150 municipalités.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Ottawa devrait envisager de mettre fin aux services policiers contractuels de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et plutôt soutenir les provinces, les territoires et les municipalités qui souhaitent établir leur propre service policier, selon un rapport du comité permanent de la sécurité publique.

La recommandation du comité parlementaire fait suite à un examen du racisme systémique au sein des services policiers au Canada lancé en juin dernier.

La mort de George Floyd lors d’une intervention policière aux États-Unis avait alors mené plusieurs gouvernements à réviser les budgets des services policiers et à évaluer leur utilisation de force.

Ailleurs sur le web :

Le racisme systémique au sein des services policiers au Canada (Nouvelle fenêtre), rapport du Comité permanent de la Sécurité publique

Racisme systémique

Le Comité conclut ceci : Un effort national de transformation s’impose afin que les Autochtones, les Noirs et les autres personnes racisées au Canada ne subissent pas la discrimination et l’injustice inhérentes au système actuel.

En tout, 53 personnes issues de divers milieux, notamment des universitaires, des Autochtones et des policiers, ont témoigné.

Les témoins ont reconnu sans réserve la présence du racisme systémique dans les services policiers canadiens et ont démontré un intérêt marqué pour trouver des solutions aux facteurs contribuant à cette forme de racisme et ainsi tracer une nouvelle voie à suivre, indique le rapport.

Le Comité reconnaît que le racisme systémique au sein des services policiers au Canada est un problème réel et très préoccupant qu’il est urgent de régler.

Une citation de :Rapport : Le racisme systémique au sein des services policiers au Canada
Des agents de la GRC discutent sur la scène d'une fusillade.

À la lumière des problèmes urgents soulevés par les témoins, le Comité a formulé 42 recommandations afin de réformer fondamentalement les services policiers au Canada, lit-on dans le rapport. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Au Canada, la GRC est la force de l’ordre sous contrat fédéral dans environ 150 municipalités situées dans les trois territoires et dans toutes les provinces, à l'exception de l'Ontario et du Québec.

Outre la suggestion de retirer la GRC de ces communautés, le rapport recommande à Ottawa de renforcer le mandat, l’indépendance et l’efficacité de la Commission civile d’examen et de traitement des plaintes qui lui est associée.

La GRC devrait également mettre en œuvre une formation continue et des politiques disciplinaires afin de prévenir le recours excessif à la force, le racisme systémique et le profilage racial .

Des réserves chez les conservateurs

Dans un rapport complémentaire, les députés conservateurs du comité reconnaissent l’importance de lutter contre le racisme dans les institutions, mais émettent des réserves.

La nécessité d’éliminer le racisme dans la police n’exclut pas la nécessité de répondre à la violence croissante des gangs, à la cybercriminalité, aux armes à feu illégales et aux autres formes de criminalité, notent-ils. Malgré les épisodes négatifs de son histoire et la nécessité actuelle de la changer, la GRC demeure une institution nationale qui joue un rôle vital dans le développement du Canada et le maintien de la loi et de l’ordre.

Avec les informations de Catharine Tunney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !