•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 mois de prison pour un homme de Rimouski coupable de voyeurisme

Vincent Bernard-Couture porte une casquette, des lunettes fumées et un masque sanitaire.

Vincent Bernard-Couture devant le palais de justice de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Vincent Bernard-Couture, 41 ans, écope de deux peines de prison à purger de manière concurrente, pour un total de cinq mois d'emprisonnement. Il avait plaidé coupable à des accusations de voyeurisme et d'introduction par effraction et avait tout avoué à la police lors de son arrestation.

L'accusé avait placé des caméras dans des avertisseurs de fumée chez la victime, une connaissance, pour la filmer à son insu.

Pour ce faire, il est entré deux fois par effraction chez la victime.

Son objectif était de pouvoir capter des images de la victime alors qu'elle était nue.

L'accusé possédait les clés du domicile de la victime puisqu'il était un ami de la famille.

La caméra a été découverte par un membre de la famille de la victime qui a contacté son conjoint.

Ce dernier a appelé Vincent Bernard-Couture pour qu'il aille aider la victime à changer les serrures. Il en a profité pour reprendre les caméras et les cacher chez lui.

La victime a finalement appelé la police qui a rapidement identifié Vincent Bernard-Couture comme un suspect dans cette affaire.

Vincent Bernard-Couture écope d'une peine de quatre mois d'emprisonnement dans le dossier d'introduction par effraction et d'une peine de cinq mois dans le dossier de voyeurisme. Ces peines sont concurrente, et sont donc purgées en même temps.

La couronne satisfaite

Selon la procureure, le caractère prémédité de son crime a fortement influencé la décision de la juge.

[C’est] une orchestration, la juge est allée jusqu'à le dire. [L'individu a magasiné, en fait, le faux détecteur de fumée. Il est allé regarder sur différents sites de transactions sur Internet pour trouver le modèle. Malgré tout ça, il a toujours continué avec son plan. Il ne s'est jamais arrêté pour se poser la question, pour arrêter, indique Me Isabelle Gavioli.

La procureure, qui recommandait une peine de six mois d'emprisonnement, s'est dite satisfaite de la peine imposée à l'accusé.

Lors de l'audience au palais de justice de Rimouski, la juge Luce Kennedy a souligné la gravité du bris de confiance occasionné par les actions de l'accusé envers la victime et sa famille.

Avec les informations de Marie-Christine Rioux

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.