•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une vague d’enthousiasme, la vaccination grimpe lentement dans les Prairies

Des gens de dos qui se font vacciner.

Un centre de vaccination dans la communauté de Sandy Bay, au Manitoba

Photo : Radio-Canada / Francine Compton

Radio-Canada

L’enthousiasme pour obtenir les premières doses du vaccin contre la COVID-19 semble s’être ralenti dans les provinces des Prairies. La proportion de la population ayant obtenu au moins une dose dans les trois provinces est d’environ 70 %.

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, affirme que le pays doit améliorer sa performance en matière de vaccination. Des initiatives tentent donc de convaincre plus de personnes à se faire vacciner.

Nous voyons une espèce de saturation des premières doses [...] C’est un phénomène préoccupant auquel nous devons [nous] attaquer, indique le microbiologiste médical à l'Hôpital Saint-Boniface de Winnipeg Philippe Lagacé-Wiens.

Timothy Caulfield, de la Chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé à l'Université de l'Alberta, voit la même tendance en Alberta. Il est pourtant optimiste et croit que la province peut surpasser un taux de vaccination de 80 %. Si nous nous appliquons vraiment, précise-t-il.

Ce sera difficile. Nous allons devoir utiliser tous les outils dont nous disposons, ajoute Timothy Caufield.

Les deux spécialistes croient que les personnes qui n’ont pas encore reçu de vaccin, sont des personnes qui nient carrément l’existence de la pandémie, ou hésitent, ou encore font face à des obstacles culturels, socioéconomiques ou de mobilité.

Timothy Caulfield lors d'une entrevue.

Timothy Caulfield, de la Chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé à l'Université de l'Alberta

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Des données publiées par le gouvernement du Manitoba en mars permettent d’estimer la taille de chacun de ces groupes. Elles se basent sur des sondages d’opinion et de la rétroaction en ligne fournie par les Manitobains.

Selon ces informations, 69 % des Manitobains étaient très ouverts à se faire vacciner aussitôt que possible.

Environ 12 % allaient probablement obtenir le vaccin, mais sans empressement, 9 % étaient sceptiques, mais ne s’étaient pas encore décidés, et moins de 10 % s’opposaient catégoriquement à recevoir le vaccin.

Dans des données mises à jour fournies en juin, le gouvernement du Manitoba indique que le nombre de personnes désireuses de se faire vacciner avait augmenté, alors que le nombre de personnes dans toutes les autres catégories avait baissé.

Timothy Caulfield dit qu’il est logique que les personnes qui hésitaient à se faire vacciner changent d’avis avec le temps, voyant de plus en plus de leurs proches obtenir le vaccin.

Normaliser le processus de vaccination [...] peut aider à rendre les gens plus à l'aise à l'idée de se faire vacciner.

La carotte, plutôt que le bâton

Les gouvernements provinciaux misent sur des incitatifs pour convaincre la population à se faire vacciner. Le Manitoba et l’Alberta ont créé des loteries avec des millions de dollars en prix.

Les gouvernements ont créé des campagnes de publicité incitant les gens à se faire vacciner pour protéger leurs proches ou encore pour permettre la tenue de concerts, de pièces de théâtre ou de grandes manifestations sportives.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré cette semaine que son gouvernement ne créerait pas de loterie.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, lors d'une conférence de presse.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe

Photo : CBC / Matt Duguid

Vous pouvez protéger votre famille, vos amis, vos êtres chers et tout le monde autour de vous contre le virus de la COVID-19, a-t-il déclaré mardi. Si vous aimez les jeux de hasard, je suggère que vous n’obteniez pas le vaccin.

Scott Moe fait allusion aux risques que présente la COVID-19 pour les personnes qui ne sont pas immunisées.

Le Manitoba cible certaines régions où le taux de vaccination est faible. Au centre-ville de Winnipeg, une clinique mobile dans une fourgonnette rejoint les sans-abri et d’autres personnes vulnérables pour qui le vaccin n’est pas une priorité.

Dans certaines régions rurales au sud de Winnipeg, où le taux de vaccination est d’environ la moitié de la moyenne provinciale, la santé publique s’adresse aux chefs religieux pour tenter de convaincre un plus grand nombre de personnes de se faire vacciner.

Philippe Lagacé-Wiens.

Philippe Lagacé-Wiens est microbiologiste médical à l'Hôpital Saint-Boniface.

Photo : Philippe Lagacé-Wiens

Doctors Manitoba, l’association des médecins de la province, organise des assemblées publiques diffusées en direct, afin de répondre aux questions concernant les vaccins. Deux des quatre assemblées visent directement les secteurs du sud de la province ayant un faible taux de vaccination.

Le Dr Lagacé-Wiens note que le pourcentage de la population du Canada qui doit être vaccinée pour s’approcher de l’immunité collective est une cible mouvante, puisque certains variants préoccupants du virus se propagent plus facilement que la souche initiale.

Il ajoute que les vaccins contre la COVID-19 pourraient devenir aussi communs que le vaccin contre la rougeole, qui est administré aux enfants. Cependant, il faut s’occuper de la pandémie en premier, poursuit-il.

Le minimum pour notre stratégie est d’arriver à 80 %, 90 %, mais [...] notre but réel devrait être d’atteindre 100 %.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !