•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Pierre-Laporte : le MTQ incapable d'estimer la durée de vie de ses travaux

Le pont Pierre-Laporte, à Québec

Les travaux au tablier du pont Pierre-Laporte seront réalisés en deux phases, soit du 27 juin au 7 juillet et du 8 au 18 août, 24 heures sur 24 (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le ministère des Transports du Québec a été incapable, jeudi, de fournir un estimé précis de la durée de vie de la surface de roulement qui sera installée cet été sur le pont Pierre-Laporte, et dont les travaux risquent de causer des kilomètres de congestion pendant deux séquences de dix jours.

Ces nouveaux travaux évalués à 10,2 millions $ surviennent après l'usure prématurée de cette même surface, pourtant remplacée en 2014.

Le MTQ savait dès 2018 qu'il faudrait tout recommencer. L'État n'a jamais blâmé l'entreprise qui a obtenu le contrat, rappelant que les erreurs d'installation de la membrane d'étanchéité ont été causées par ses propres plans et devis.

La situation oblige aujourd'hui le ministère à revoir ses façons de faire et à lancer des travaux sur deux séquences de dix jours, soit du 27 juin au 7 juillet et du 8 au 18 août, 24 heures sur 24. Une seule voie sera disponible dans les deux directions. L'objectif est de ne pas laisser de circulation automobile reprendre trop rapidement.

Le recours à cette stratégie, plutôt que de mener les travaux durant les fins de semaine par exemple, vise à maximiser nos chances d'avoir une bonne durabilité, a indiqué une spécialiste du MTQ, jeudi, lors d'une conférence de presse donnée par le ministre des Transports, François Bonnardel.

Quelque 120 000 automobilistes utilisent le pont Pierre-Laporte chaque jour, en moyenne.

Quelque 120 000 automobilistes utilisent le pont Pierre-Laporte chaque jour, en moyenne.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Or, cette durabilité est inconnue et pourrait même être plus courte que ce qu'anticipait le ministre. Vous me corrigerez, mais il est rare que pour des travaux comme ceux-ci, nous n'ayons pas une durée de vie de 10 à 15 ans, a demandé le ministre à la spécialiste du MTQ pendant le point de presse.

Ce quoi à quoi la fonctionnaire a répondu de manière évasive en parlant d'une durée de vie acceptable pour un pont suspendu plus âgé. Le pavage est soumis à des torsions et des changements qui ne sont pas fréquents sur des routes normales, donc c'est un plus difficile d'arriver avec une prévision de durabilité, a-t-elle précisé, avant de dire que l'estimation du ministre était trop optimiste.

Monsieur le ministre, vous avez parlé de 10 à 15 ans. Compte tenu des conditions qu'on a, on peut être à un peu moins que ça, a-t-elle affirmé.

L'actuelle surface de roulement est en place depuis sept ans.

Kilomètres de congestion

Dans tous les cas, ces travaux majeurs vont causer bien des soucis aux automobilistes, à en croire les modélisations fournies par le ministre François Bonnardel.

D'après ses prédictions, des kilomètres de congestion sont à prévoir sur chaque rive. Aucune autoroute n'est épargnée par des refoulements à l'approche des bretelles menant au pont Pierre-Laporte, y compris la Haute-Ville de Québec.

Une carte montrant la congestion liée aux travaux sur le pont Pierre-Laporte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs artères de la Rive-Nord seront congestionnées, selon les modélisations du ministère des Transports du Québec.

Photo : Radio-Canada / Infographie Radio-Canada

Chaque blitz doit durer un maximum de 10 jours. Le MTQ tentera de faire plus rapidement si possible pour chacune des deux séquences prévues cet été. Si la température est de notre côté, on va faire tout en notre possible pour faire ça plus rapidement, a promis M. Bonnardel.

Une carte montrant les artères congestionnées sur la Rive-Sud durant les travaux du pont Pierre-Laporte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Rive-Sud aussi sera affectée.

Photo : Radio-Canada / Infographie Radio-Canada

Corridors d'urgence

Les administrations municipales de Québec et Lévis, les corps policiers, les établissements de santé et divers autres partenaires ont été sollicités par le MTQ pour arriver à des mesures d'atténuation durant les travaux.

Ainsi, des centres de coordination seront créés le temps des travaux sur le pont Pierre-Laporte, soit un sur chaque rive.

Un corridor de sécurité sera aménagé sur le pont de Québec et des policiers de la Sûreté du Québec seront prêts à ouvrir la voie en cas d'urgence. Les ambulanciers, pompiers et autres services d'urgence pourront ainsi circuler librement au besoin.

Le ministre François Bonnardel a évoqué une gestion dynamique des voies sur le pont de Québec ainsi qu'une zone refuge sur le pont Pierre-Laporte, toujours afin de permettre l'intervention des services d'urgence si nécessaire.

Le ministre a aussi parlé de patrouilles supplémentaires et présence policière des carrefours stratégiques pour s'assurer de la fluidité de la circulation.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches évalue de cinq à dix le nombre de transferts interrives quotidiennement. Il s'agit parfois de cas plus graves et urgents comme des traumatismes ou des incidents cardiaques nécessitant des soins spécialisés se trouvant sur la Rive-Nord.

De l'affichage et de la publicité sont aussi prévus pour les automobilistes de l'extérieur de la région, alors que le transport en commun sera encouragé pour les résidents de la grande région de Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !