•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les médecins du Manitoba sonnent l’alarme sur les retards de chirurgies

Plus de 110 000 interventions auraient été retardées par la pandémie.

La main gantée d'un travailleur de la santé tient un dispositif médical contre le bras d'un patient.

De nombreux travailleurs de la santé ont été réaffectés à la lutte contre la COVID-19, ce qui a provoqué l'annulation de nombreuses interventions médicales. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Doctors Manitoba, l’association qui représente plus de 4000 médecins de la province, réclame des « mesures décisives » pour répondre aux retards d'opérations chirurgicales et de tests diagnostiques, retards causés par la pandémie de la COVID-19. Plus de 110 000 interventions auraient ainsi été retardées.

Le retard pandémique des tests médicaux et d’interventions chirurgicales est stupéfiant, et il devient plus grand tous les jours, lance Kristjan Thompson, le président de Doctors Manitoba.

Alors que nous sortons de la troisième vague de COVID-19, les patients doivent voir des mesures immédiates et soutenues pour répondre à ce problème critique, ajoute-t-il lors d’une conférence de presse jeudi matin.

Afin de déterminer l’ampleur du problème, l’association a sondé un millier de ses membres entre le 1er et le 11 avril. Elle s’est aussi fiée à des données d’un sondage de Probe Research, réalisé auprès de 1000 personnes entre le 5 et le 14 avril, à des données de la province ainsi qu'à la recherche sur ce sujet.

Le tout a été rassemblé dans un rapport qui a été dévoilé jeudi (Nouvelle fenêtre) (en anglais seulement).

Ce problème est la principale préoccupation des médecins, indique le Dr Thompson. Nous savons que c’est aussi une préoccupation importante pour les Manitobains.

Retard dans les interventions, selon le rapport :

  • Plus de 39 000 interventions chirurgicales;
  • Plus de 44 000 tests d’imagerie diagnostique;
  • Plus de 32 000 autres interventions, dont des endoscopies, des mammographies et des tests d’allergies.

Doctors Manitoba souligne que certaines des interventions chirurgicales retardées sont des chirurgies vitales pouvant sauver des vies.

Il ne s’agit pas seulement d’une question de soins de qualité de vie pour les patients, mais aussi de maladies très sérieuses comme le cancer ou des problèmes cardiaques, ajoute le président de l'association.

J’ai vu des patients aux urgences parce que des interventions ont été retardées, ajoute le Dr Thompson, qui est également médecin aux urgences de l'Hôpital Saint-Boniface.

Kristjan Thompson soutient que certains patients sont devenus handicapés de manière permanente en raison des retards et que d’autres en sont même morts.

Ce problème requiert une attention comparable à celle qui a été donnée à la pandémie. Ce problème est tout aussi important.

Une citation de :Kristjan Thompson, médecin et président de Doctors Manitoba

Les médecins demandent une action gouvernementale

Doctors Manitoba demande au gouvernement provincial d'intervenir aussitôt que possible.

Tout d'abord, l’association réclame que la province fixe une date pour éliminer les retards dans les interventions.

Deuxièmement, elle demande la création d’un groupe de travail pour répondre aux retards. Ce dernier serait composé de travailleurs de la santé de première ligne ainsi que des cadres du système de soins de santé.

Finalement, Doctors Manitoba demande à la province de publier des données mensuelles sur le nombre des retards ainsi qu’un résumé des mesures qui ont été prises pour mettre fin à ceux-ci.

Selon le rapport de l’association, une pénurie d’infirmières et d’autres membres de personnel de soutien est le principal obstacle à la reprise des interventions. Ce problème existait toutefois déjà avant la pandémie, selon le Dr Thompson.

Selon lui, l’association souhaite rencontrer des représentants de la province aussitôt que possible pour commencer les discussions autour de la relance des interventions médicales.

En mars dernier, le premier ministre manitobain, Brian Pallister, avait annoncé que la province dépenserait au moins 50 millions de dollars pour réduire les retards dans les interventions chirurgicales et les autres procédures médicales provoqués par la pandémie de la COVID-19.

Lors de cette annonce, Brian Pallister n’avait pas précisé si les fonds permettraient d’embaucher du personnel supplémentaire, de payer des heures supplémentaires ou encore de conclure des ententes avec des cliniques médicales du secteur privé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !