•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un papillon géant déploie ses ailes à Bas-Caraquet

Le papillon tigré de Bas-Caraquet.

Le papillon tigré de Bas-Caraquet a été inauguré jeudi matin.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Un papillon géant est apparu dans le paysage de Bas-Caraquet cette semaine. Ses créatrices espèrent que d'autres municipalités participeront au projet afin de créer une « route des papillons » dans la Péninsule acadienne.

La municipalité voulait au départ réaliser des ailes d'anges, mais l'idée s'est transformée en papillon géant, avec la complicité des artistes Jessica LeBreton et Karine Wade.

Karine Wade et Jessica LeBreton.

Karine Wade et Jessica LeBreton sont fières de leur coup.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Jessica m'a proposé de faire le projet avec eux, explique Karine Wade. Je suis une adepte de la nature, donc j'ai proposé de faire des ailes de papillons. Ça devient aussi un projet éducatif sur la nature.

Des papillons dans plusieurs communautés

Jessica LeBreton est tombée sous le charme de cette idée.

Je trouvais que ça ouvrait plusieurs portes, lance-t-elle avec enthousiasme. Il y a beaucoup d'opportunités avec ce papillon. Il est question qu'il y en ait d'autres à Sainte-Marie-Saint-Raphaël, à Bertrand, à Caraquet, à Paquetville, à Saint-Isidore... Ça va devenir un beau lieu touristique.

Ça permet de faire scintiller la joie.

Une citation de :Karine Wade

Le maire de Bas-Caraquet, Roger Chiasson, est enthousiaste.

Roger Chiasson, maire de Bas-CaraquetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Bas-Caraquet, Roger Chiasson, pose fièrement devant le papillon géant.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Il y a des villes et villages qui vont emboîter le pas, croit-il. On souhaite que ça devienne la route des papillons, comme il peut y avoir la route des quais, des phares, des plages. On espère que les gens vont venir à Bas-Caraquet pour se faire photographier avec notre papillon tigré.

Le papillon de Bas-Caraquet.

Tout le monde voulait se faire photographier devant le papillon, y compris les élus municipaux de Bas-Caraquet.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Karine Wade était tout sourire en voyant toutes ces personnes qui s'empressaient de se faire prendre en photo devant le papillon.

Après tout ce qu'on vient de vivre avec le confinement, le moral des troupes a un peu baissé, constate-t-elle. Ça rend joyeux. C'est ça qu'il nous faut à l'heure actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !