•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook dit progresser dans la détection des hypertrucages

Une femme dans une cuisine côte-à-côte avec un hypertrucage d'elle-même.

Une démonstration d'un hypertrucage dans une vidéo publiée par Facebook en 2019.

Photo : Capture d'écran - YouTube

Agence France-Presse

Des spécialistes de Facebook ont présenté une méthode qui doit permettre, grâce à l'intelligence artificielle (IA), de débusquer les hypertrucages (deepfake) et d'en déterminer l'origine.

Les hypertrucages sont ces vidéos altérées dans lesquelles on utilise l’intelligence artificielle pour remplacer, par exemple, le visage d’une personnalité politique par un autre et lui faire dire des choses qu’elle n’a jamais prononcées.

Notre système va faciliter la détection des hypertrucages et le pistage des informations associées, promettent Tal Hassner et Xi Yin, deux chercheurs de Facebook qui ont travaillé sur le sujet avec l'Université d'État du Michigan.

Leur méthode doit fournir des outils pour mieux enquêter sur les incidents de désinformation coordonnée qui ont recours à des hypertrucages, ont-ils affirmé.

L’empreinte des images

Pour mettre au point leur système, ils ont utilisé la technique de rétro-ingénierie, qui consiste à déconstruire la fabrication d'un produit ou, dans ce cas, d'une vidéo ou d'une photo.

Leur logiciel repère des imperfections ajoutées au montage, qui altèrent l'empreinte digitale des images.

En photographie, cette empreinte permet d'identifier le modèle d'appareil photo utilisé. En informatique, elle peut servir à identifier le système de génération qui a servi à produire le trucage, selon ce qu’expliquent les scientifiques.

Microsoft a présenté l'année dernière un logiciel qui peut aider à repérer les hypertrucages photo ou vidéo, l'un des nombreux programmes conçus pour combattre la désinformation avant l'élection présidentielle américaine.

À la fin de 2019, Google avait rendu publics des milliers d'hypertrucages vidéo réalisés par ses équipes pour les mettre à la disposition de chercheurs et chercheuses qui voulaient développer des méthodes de détection des images manipulées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !