•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'historien Serge Miville devient recteur de l'Université de Sudbury

Serge Miville.

L'historien Serge Miville était jusqu'en mai titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l'Ontario français à l'Université Laurentienne.

Photo : Soumise par l'Université de Sudbury

Radio-Canada

Un vent de changement souffle sur l'Université de Sudbury. L'établissement nomme l'historien Serge Miville comme nouveau recteur et vice-chancelier.

Il succède ainsi au père John Meehan, qui était à la barre de l'Université depuis 2019. Ce dernier a notamment amorcé la transition de l'établissement vers une université par et pour les francophones.

La nomination de Serge Miville s'inscrit d'ailleurs dans cette volonté de s'affirmer comme une université de langue française de premier plan en Ontario, peut-on lire dans un communiqué envoyé jeudi midi.

Ce dernier était jusqu'à très récemment titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l'Ontario français à l'Université Laurentienne. Il est également directeur de l'Institut franco-ontarien, qui a déménagé à l'Université de Sudbury dans la foulée des coupes à l'Université Laurentienne en avril.

M. Miville est un excellent successeur pour la réalisation de notre mandat. Son dynamisme, son leadership positif, ses aptitudes et sa vision sont en parfaite harmonie avec les ambitions de notre université, déclare le président du Conseil des régents, Pierre Riopel, par communiqué.

C'est un immense honneur d'assumer une responsabilité aussi importante , déclare pour sa part M. Miville.

Mon engagement envers les étudiants est clair : toute l'équipe de l'Université de Sudbury mettra à profit ses ressources pour s'assurer que vous avez la possibilité d'étudier dans le Nord, en français, et que vos acquis universitaires seront reconnus et transférables.

Une citation de :Serge Miville, nouveau recteur et vice-chancelier de l'Université de Sudbury

En entrevue, M. Miville s’est dit extrêmement optimiste envers l'avenir de l'institution.

J’ai l’impression qu’en ce moment, l’Université de Sudbury a le vent dans les voiles pour proposer quelque chose de positif pour les étudiants et la communauté.

Il indique que l’université veut trouver une façon d’accueillir des étudiants dès septembre, pour prévenir des dommages irréparables pour les étudiants.

Une des premières choses que j’ai faites aujourd’hui : j’ai pris le téléphone et j’ai commencé à appeler des étudiants qui ont perdu leur programme et une des questions que je leur ai posées c’est "Qu’est-ce que je peux faire pour vous garder ici?"

Une citation de :Serge Miville, nouveau recteur et vice-chancelier de l'Université de Sudbury

C’est vraiment ce qu’il y a de plus important : s’assurer que les étudiants ne vont pas s’exiler pour terminer leurs études, ajoute le nouveau recteur.

Une nomination bien accueillie

Nous sommes très heureux de cette nomination, a déclaré le directeur général du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) François Hastir.

On voit cela comme une bonne nouvelle pour l'Université de Sudbury, pour la communauté franco-ontarienne et pour la communauté de Sudbury, affirme-t-il.

M. Miville, c'est quelqu'un qui connaît bien la communauté et ses besoins. Il a été un des pionniers du RÉFO lors de sa création. Il milite depuis des années pour une éducation de qualité en français.

Une citation de :François Hastir, directeur général du Regroupement étudiant franco-ontarien

Dans un communiqué, Carol Jolin, le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), abonde dans le même sens : Serge Miville est très branché dans le milieu universitaire francophone en Ontario et dans le reste du pays, et il connaît très bien la communauté franco-ontarienne.

C'est un gars du Nord qui a à coeur le succès de Sudbury et de l'Ontario français. Nous avons hâte de travailler avec lui, ajoute M. Jolin.

M. Jolin admet que le projet de l'Université de Sudbury ne sera pas facile à mettre en oeuvre. Il va y avoir des défis, il va y avoir des embûches.

Ça prend quelqu'un qui va être prêt à foncer pour faire avancer les dossiers, et je pense que M. Miville est la personne toute désignée, souligne-t-il.

Le président de l'AFO a aussi remercié le recteur sortant pour ses années de services.

John Meehan a joué un rôle capital dans la décision de l'Université de Sudbury de se transformer. Nous avons toujours très bien collaboré. Pour l'AFO, il est définitivement le francophile de l'année dans la francophonie ontarienne.

Une citation de :Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Dans une déclaration envoyée par courriel, Benjamin Dennie, secrétaire du comité exécutif de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), a félicité Serge Miville pour son nouveau poste : Nous avons très hâte de développer et bâtir cette nouvelle institution avec lui et son équipe pour les années à venir!

La FESFO et le RÉFO avaient lancé en avril une pétition pour demander le rapatriement à l’Université de Sudbury de tous les programmes et des cours offerts en français à la Laurentienne.

Selon un sondage mené auprès des membres de la FESFO, une majorité d'élèves du secondaire affirmait qu'une université franco-sudburoise aurait intérêt à offrir une grande variété de programmes en sciences naturelles, en génie et en commerce pour assurer sa viabilité.

Avec les informations de Alice Zanetta

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !