•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alliance forêt boréale tend de nouveau la main au premier ministre François Legault

En mai dernier, François Legault avait refusé de rencontrer les communautés forestières du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, car son horaire était chargé. Il avait invité les communautés à faire appel au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, mais les discussions sont dans l’impasse.

Des troncs d'épinettes coupés au pied d'une forêt.

Des troncs d'épinettes coupés au pied d'une forêt.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie: Association forestière de la Côte-Nord

Flavie Villeneuve

Même si le président d’Alliance forêt boréale, Pascal Cloutier, et plusieurs acteurs de l'industrie forestière croient que le premier ministre a manqué une belle occasion de travailler sur des solutions avec les communautés forestières, ils n’acceptent pas son refus et reviennent à la charge en lui réclamant de nouveau une rencontre.

D’emblée, Pascal Cloutier a commencé la conférence de presse, jeudi, en expliquant que les dernières rencontres avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) n’ont pas été faciles en ce qui concerne l’avenir des approvisionnements et les problèmes du régime forestier.

On n’a pas ou peu de réponses à nos questions, alors qu’on a des pistes de solution à proposer, dit-il.

Certains dossiers ne progressent pas depuis plusieurs années avec le Ministère, selon Pascal Cloutier. L'Alliance forêt boréale, qui rassemble des maires et des préfets de municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, demande un dialogue avec le premier ministre et le MFFP.

On nous dit que 17 modifications administratives sont prévues et qu’on verra les bénéfices dans un ou deux ans, d’être patients. Mais il n’a pas laissé place aux discussions.

On nous demande d’attendre encore, mais on attend depuis suffisamment longtemps. On est rendus à M. Legault, mentionne Pascal Cloutier.

De nombreux enjeux

Depuis plusieurs années, les dossiers concernant les communautés forestières du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord s’empilent. L’Alliance forêt boréale veut notamment discuter d’une réforme du régime forestier qu’elle juge actuellement dysfonctionnel.

L’organisation veut aussi une amélioration sur la loi des forêts, une décentralisation des décisions pour donner plus de pouvoir aux régions et un soutien financier à la sylviculture.

On dirait que c’est le jour de la marmotte. Au mois de mai l’an passé, on parlait de la même chose, mais on attendait les annonces. Les annonces sont faites et pourtant on tourne en boucle dans le même film, déplore Jean-François Harvey, entrepreneur au Saguenay et vice-président à l’Association des entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec.

Les entrepreneurs veulent contribuer à la lutte aux changements climatiques, ils souscrivent à la Stratégie nationale de production de bois et souhaitent être des acteurs de la relance économique des régions, sauf que les investissements appropriés ne sont pas aux rendez-vous. M. le Premier Ministre, il est temps, maintenant, de nous donner le moyen de vos ambitions en investissant massivement en sylviculture, a-t-il aussi déclaré dans un communiqué de presse, envoyé jeudi matin.

L'Alliance forêt boréale demande aussi au Ministère de préserver l’accès à la matière ligneuse.

Selon l'industrie et les maires rassemblés par l'Alliance, les futures aires protégées prévues au plan de rétablissement du caribou forestier ne sont pas accessibles, ce qui les fait craindre de perdre un trop grand territoire d'exploitation.

Plusieurs menaces planent sur les approvisionnements forestiers à court et moyen terme. Le MFFP tout comme le MELCC [ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques] sont opaques dans les dossiers du caribou et des aires protégées.

Une citation de :Pascal Cloutier, président de l'Alliance forêt boréale

Pascal Cloutier demande au gouvernement de François Legault d’être transparent dans le cadre de ces deux stratégies et de ne pas mettre les communautés locales de côté dans l'élaboration de ces stratégies. Elles ont selon lui l'expertise nécessaire pour contribuer aux changements du régime forestier.

La réponse du MFFP

Plus tard en journée, le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a fait parvenir une déclaration écrite, dans laquelle aucun engagement n'est pris.

Nous prenons bonne note de la sortie d’Alliance forêt boréale et de leur suggestions. Nous les remercions pour leur contribution au débat entourant le nouveau régime forestier et la gestion du caribou forestier. Comme dans l’ensemble des dossiers entourant la forêt et la faune, il faut chercher un juste équilibre entre les enjeux économiques et environnementaux. Le ministre Pierre Dufour est encore dans l’élaboration de son plan (pour le caribou) et aucune décision n’est prise à ce stade-ci. Il aura l’occasion de faire le point dans les prochaines semaines. D’ici là, les discussions sont toujours possibles et souhaitables, avec tous les groupes concernés, a-t-on fait savoir du côté du Ministère.

Avec Catherine Paquette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !