•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon Amérique : changer le monde, une chanson à la fois

La chanson peut-elle changer le monde? C'est la question que pose Michel Lalonde dans ce troisième épisode de la série audio Mon Amérique, consacrée à la musique des années 1970.

Carte postale représenant l'épisode 3 de la série audio Mon Amérique. Une chanteuse joue de la guitare.

Épisode 3 de la série audio Mon Amérique : changer le monde, une chanson à la fois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au cours de ce troisième épisode de Mon Amérique, Michel Lalonde parle de la libération de la parole des années 1970 qui aura permis aux artistes du monde entier de passer leur message et de véhiculer l'émotion.


« Une chanson peut-elle changer le monde? C'est une question à laquelle je pensais trouver une réponse simple. Au cours des années 1970, ici comme ailleurs, cet esprit créatif et libérateur va amplifier la vocation des chansons : de la contestation à la célébration en passant par l'affirmation, la chanson populaire est le véhicule par excellence pour libérer l'émotion et espérer influencer l'auditeur.

Au cours de la décennie, on assistera bien sûr à des revendications pour la langue, la culture et l'indépendance, mais ce nouvel engagement de la part de la classe artistique dépasse souvent ces préoccupations évidentes pour s'attaquer de front à d'autres grandes questions touchant la justice sociale, le racisme, la paix et l'environnement.

Mais au bout du compte ce qui ressort, c'est que même si une chanson peut influencer les moeurs et changer le discours politique, le vrai pouvoir d'une chanson, c'est de passer par les oreilles pour se rendre au coeur.

En compagnie de mes invités Mario Légaré, Marcel Aymar, Yves Lambert et Diane Tell, j'aborde cette libération de la parole des années 1970 qui a permis à des artistes, ici comme ailleurs dans le monde, de véhiculer leurs souffrances et leurs espoirs. »

- Michel Lalonde

Extraits musicaux dans cet épisode  :

  • Get Up, Stand Up de Bob Marley & The Wailers
  • Entre deux joints de Robert Charlebois
  • Réjean Pesant de Paul Piché
  • Africa de Johnny Clegg
  • What's Goin' On de Marvin Gaye
  • Hurricane de Bob Dylan
  • Le Blues de le métropole de Beau Dommage
  • Mommy de Pauline Julien

Yves Lambert, Marcel Aymar, Diane Tell et Mario Légaré racontent leurs années 70 :

Yves Lambert rit au micro de Stéphan Bureau.

Entretien avec le musicien Yves Lambert

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La mentalité de la contre-culture! Cette décennie-là a défini ma curiosité musicale et affirmé mon besoin de diversité artistique.

Une citation de :Yves Lambert, membre fondateur de La Bottine souriante

Une guitare acoustique en gros plan.

Entretien avec le musicien Marcel Aymar

Photo : getty images/istockphoto / puhimec

L'album de Marvin Gaye What's going on, ça c'était un album important pour moi dans le sens que oui, c'était du R&B, mais ça rattachait tout, ça parlait de l'environnement, ça parlait tout un autre langage, un autre genre de message.

Une citation de :Marcel Aymar, ancien guitariste du groupe CANO

Photo de Diane Tell devant un micro de radio.

Entretien avec l'auteure-compositrice Diane Tell

Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

C'est pas toujours les chansons populaires de leur temps qui ont la plus importante longévité. Par exemple, Si j'étais un homme, on m'a critiquée, on a dit que c'était une chanson qui revendiquait la femme trophée, j'ai même eu des pétitions pour faire interdire la chanson.

Une citation de :Diane Tell, auteure-compositrice

Un micro de radio

Entretien avec le musicien Mario Légaré

Photo : Radio-Canada

Une bonne chanson, ça peut te mener loin, je trouve que c'est un cadeau du ciel quand quelqu'un te demande de jouer une chanson pour lui.

Une citation de :Mario Légaré, membre fondateur du groupe Octobre

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !