•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de Québécois incapables de devancer leur 2e rendez-vous

Une dame masquée au bout d'une longue file d'attente dans une clinique de vaccination.

Depuis le 7 juin, les Québécois qui ont déjà pris rendez-vous pour recevoir leur deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 peuvent avancer leur date sur le site Clic Santé.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Les retards de livraison de 600 000 vaccins Pfizer prévus pour juillet au Québec affectent l'avancement des rendez-vous pour recevoir une deuxième dose en raison de la réduction des plages horaires disponibles cet été.

Depuis le début de la semaine, il est de plus en plus difficile de devancer un rendez-vous pour recevoir une deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 sur le site Internet Clic Santé du gouvernement du Québec.

En début de semaine, les personnes de 45 ans et plus qui avaient reçu une première dose de vaccin AstraZeneca se butaient à des messages d'erreur sur le site au moment de déplacer leur rendez-vous.

Or, depuis ce matin, un grand nombre de Québécois âgés de plus de 40 ans sont incapables de déplacer leur deuxième rendez-vous via Clic Santé, et ce, peu importe le type de vaccin qu'ils ont reçu en première dose.

Pas assez de vaccins

Quand on demande à Daniel Paré, directeur de la campagne de vaccination au Québec, ce qui ne fonctionne pas avec le site Clic Santé, sa réponse est sans équivoque : C’est la disponibilité des vaccins…

Rappelons qu'hier, le gouvernement fédéral a annoncé que le Québec recevrait 600 000 doses de vaccin Pfizer de moins les semaines du 5 et du 12 juillet en raison d'une réduction inattendue des livraisons à destination du Canada.

Bien que Québec affirme que les gens peuvent [en théorie] continuer à s'inscrire pour devancer la date de leur deuxième dose selon le calendrier établi par tranche d'âge, le manque à gagner de 600 000 doses de vaccin Pfizer a certes un effet sur le nombre de plages horaires disponibles.

Si j’ai reçu un vaccin Pfizer et que je veux avancer ma deuxième dose, il faut qu’on ait des vaccins de disponibles. Si vous allez sur le site de Clic Santé et qu'à tel endroit on n’en a pas cette journée-là parce qu’on a honoré nos rendez-vous, le système Clic Santé va vous dire :  "Vous ne pouvez pas compléter votre transaction", explique Daniel Paré.

Retourner sur le site souvent

Le directeur de la campagne de vaccination incite néanmoins les gens à retourner régulièrement sur le site Clic Santé pour devancer leur rendez-vous, car chaque jour des annulations ou des personnes qui ne se présentent pas à leur rendez-vous libèrent des plages horaires qui sont aussitôt redistribuées à la population.

Lorsque les stocks de vaccins seront regarnis plus tard en juillet, les nouvelles plages horaires offertes se situeront simplement plus tard dans l'été, possiblement au cours des dernières semaines du mois de juillet ou au mois d'août, précise le gouvernement.

Les gens se tournent vers le sans rendez-vous

Résultat, l'affluence augmente dans les centres de vaccination sans rendez-vous qui permettent de recevoir sur place la deuxième dose dans la mesure où huit semaines minimum se sont écoulées depuis la première injection et surtout si suffisamment de vaccins sont disponibles en stock pour le faire.

Car il faut rappeler que le gouvernement du Québec s'est donné pour mot d'ordre de garantir une dose à tous ceux et celles qui ont un rendez-vous. Selon le directeur de la campagne de vaccination au Québec, Daniel Paré, la première grande priorité c’est que tous les gens qui ont un rendez-vous pour le vaccin Pfizer, que leur rendez-vous soit honoré, a-t-il déclaré jeudi matin.

On va être capables d’ajuster toutes nos techniques de livraison pour s’assurer que les gens aient leur rendez-vous, assure M. Paré.

Par contre, les personnes qui se présentent sans rendez-vous seront tributaires des surplus disponibles dans les centres de vaccination au moment où elles s'y présenteront.

Des surplus qui risquent de s'amenuiser rapidement début juillet en raison des retards annoncés chez Pfizer.

Malgré ce trou dans le calendrier de livraison de vaccin, le gouvernement du Québec assure que sa stratégie de vaccination n'est pas compromise et que l'objectif d'immuniser [à deux doses] 75 % des Québécois d'ici l'automne est maintenu.

Malgré ces retards-là, Pfizer nous a confirmé qu’on les aurait un peu plus tard, donc l’échéancier du 31 août n’est pas changé.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Vous savez, on accélère 3 millions de rendez-vous en 30 jours… On pourra accélérer moins de rendez-vous dans les deux premières semaines de juillet, mais, à la fin du processus, on va être quand même capables de respecter notre échéancier, a assuré le ministre Dubé jeudi matin en point de presse.

Les États-Unis à la rescousse

Alors que le gouvernement canadien encaissait encore ce matin les réactions face à la baisse des livraisons de Pfizer en juillet, les États-Unis ont annoncé contre toute attente qu'ils faisaient don au Canada d'un million de doses supplémentaires de vaccin Moderna produit sur leur territoire.

Le chargement doit arriver à Toronto jeudi soir, selon Washington.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !