•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année scolaire de « folie furieuse » pour la DSFM

Un vieil immeuble en briques, converti en bureaux de la DSFM.

Le siège de la Division scolaire franco-manitobaine, situé à Lorette

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Zoé Le Gallic-Massie

Tout comme les parents et les enfants, les écoles de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) ont vécu une année marquée par des complications engendrées par la pandémie de COVID-19. Son directeur général, Alain Laberge, présente de l'année un bilan à l’occasion de la dernière séance de la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM) pour l’année scolaire.

Alain Laberge affirme d’emblée : L’année scolaire a été lourde. C’était vraiment de la folie furieuse.

Dès le mois d’août, la province nous indiquait que la distanciation physique de deux mètres entre les élèves devait être respectée. Mais nous n’étions pas en mesure de la fournir dans toutes nos écoles, rappelle Alain Laberge.

Faute d’espace dans les salles de classe, la DSFM dit avoir tenté d’obtenir de nouveaux locaux. Elle s’est plutôt butée à des contraintes budgétaires, déplore M. Laberge.

Dans plusieurs écoles, nous avions des tables rondes ou des tables en forme de s, [mais en raison de la pandémie] on ne pouvait plus les avoir. On a dû emprunter près de 350 pupitres à l’Université de Saint-Boniface parce qu’il n’y avait pas de pupitres disponibles dans la province. Tout le monde était à la recherche de pupitres, raconte Alain Laberge.

Santé mentale et plan stratégique

Le président de la CSFM, Bernard Lesage, soulève que cette pandémie a mis en lumière au moins une orientation pour le prochain plan stratégique, celle de la santé mentale.

M. Lesage note que de nouvelles orientations se sont manifestées en raison de toute cette question de la santé mentale qui existait déjà.

Le processus de consultation auprès des communautés scolaires, imbriqué dans la création du plan stratégique, a dû être annulé en plein milieu, rappelle Bernard Lesage. Il espère continuer la tournée de consultation à l’automne prochain.

À quoi s’attendre pour la prochaine rentrée scolaire?

Nous aurons une rentrée scolaire probablement en code jaune, explique Alain Laberge.

Le directeur général ne s'attend donc pas à des restrictions sanitaires par rapport au nombre d'élèves, mais plutôt à des directives concernant le port du masque dans les écoles.

Les mesures sanitaires imposées dépendront du nombre d’élèves vaccinés.

Selon Alain Laberge, la distanciation physique sera toujours impossible à respecter à la prochaine rentrée scolaire. 

Une bonne année pour plusieurs écoles et garderies

Malgré toutes les difficultés rencontrées, Alain Laberge et Bernard Lesage estiment que l’année scolaire a été parsemée de points positifs grâce à l’ouverture de nouvelles écoles et de garderies.

À travers toute cette tempête-là, on a eu l’École du Nord-Est qui a été ouverte en septembre, mentionne Alain Laberge.

Deux nouvelles garderies ont été agrandies ou complètement construites. On parle de Notre-Dame-de-Lourdes et de Saint-Joachim.

À cela s'ajoutent aussi les travaux d’agrandissement de l’École Noël-Ritchot, à Saint-Norbert, ainsi que l’agrandissement de l’École Saint-Joachim et la construction d’un gymnase à Saint-Claude.

On n’était pas paralysé pour faire avancer certains dossiers, relève Bernard Lesage.

Il y a eu aussi de bonnes nouvelles de la part du ministère de l’Éducation par rapport à de nouvelles constructions à Sage Creek et à Brandon, dit M. Laberge.

On pousse un soupir de soulagement sachant que le ministère [de l’Éducation] a reconnu les besoins de la DSFM.

Une citation de :Alain Laberge, directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !