•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg qualifiée de « proxénète » dans un rapport sur les salons de massage

Une enseigne lumineuse indiquant le mot massage.

Le document préparé par l’administration municipale propose de réduire le coût des permis pour les praticiens dans les salons de massage et les escortes de 371 $ à 25 $ et de créer une séance d’information obligatoire pour les employés et les exploitants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un rapport qui suggère des changements aux règlements municipaux de Winnipeg concernant les salons de massages s’est attiré les foudres de militantes qui luttent contre l’exploitation des femmes.

Le document préparé par l’administration municipale propose de réduire le coût des permis pour les praticiens dans les salons de massage et les services d'accompagnement, en les faisant passer de 371 $ à 25 $, et de créer une séance d’information obligatoire pour les employés et les exploitants de commerce pour adultes

Le rapport qui faisait l’objet d’un débat au comité exécutif de Winnipeg mercredi suggère aussi de rendre obligatoire un système de vidéosurveillance dans les salles de réception et des boutons d’alarme dans toutes les pièces.

[La réglementation] des salons de massage de Winnipeg est une stratégie clef pour assurer la santé, la sécurité, le bien-être et la protection des travailleurs dans ces établissements, indique le rapport.

L’octroi de permis contribue à la sécurité des travailleurs et permet à la Ville de fournir de l’information (par une séance d’information obligatoire) aux travailleurs qui viseront à fournir des ressources clefs pour tout travailleur qui souhaite de l’aide ou de l’assistance pour leurs circonstances spécifiques.

Un discours franc pour expliquer

Des militantes contre l’exploitation des femmes et des filles n’ont pas mâché leurs mots en faisant valoir leur opposition à ces changements.

La Ville de Winnipeg est une proxénète, et cette approche rend plus facile pour d’autres proxénètes criminels de devenir des entrepreneurs, lance la directrice générale de l’organisme Ma Mawi Wi Chi Itata, Diane Redsky, aux élus.

Elle demande à la Ville d’interdire à des personnes de bénéficier de l’exploitation sexuelle de femmes, de filles et de personnes 2SLGBTQQIA+.

Vous devez comprendre que l'approche de la Ville de Winnipeg sur les salons de massage est sur une pente glissante. Cette approche se fait sous le prétexte de réduire les risques, et c’est là le premier problème. C’est une manière insidieuse de normaliser la violence contre les filles et les femmes, affirme Diane Redsky.

Joy Smith, militante contre la traite des personnes et ancienne députée fédérale, a déclaré aux membres du comité que les salons de massage et les services d’accompagnement sont souvent une façon cachée de faire la traite des personnes, le trafic de drogues, la fraude à l’assurance et le blanchiment d’argent.

L’octroi de permis à ces établissements, ces prétendus commerces, donne l’impression que la Ville de Winnipeg sanctionne la violence contre des femmes et des filles , dit Joy Smith. Tout le monde sait ce qui se passe derrière ces murs, mais personne n’a le courage de les fermer.

Les conseillers municipaux ont besoin de temps

Dans un plaidoyer rempli d’émotions, la travailleuse de services d'approche et mentore Melissa Stone s'est adressée aux conseillers municipaux en utilisant des termes directs pour expliquer les conséquences de ce type d'entreprises.

Quand je parle de filles, je parle d'enfants qui ont à peine 5 ans qui ont été vendus pour de l'argent et utilisés sexuellement par des hommes dans la rue, dans des salons et des agences d'accompagnement. Saviez-vous que cela s'appelle un viol?

Les conseillers municipaux étaient prêts à faire marche arrière en ce qui concerne certaines des recommandations du rapport, et les membres du comité exécutif ont choisi de reporter de six mois les sections du rapport sur la réglementation des entreprises destinées aux adultes afin d’obtenir des commentaires supplémentaires.

Scott Gillingham (St. James) et Sherri Rollins (Fort-Rouge East--Fort Garry) ont parrainé une motion pour le report et la poursuite de l'étude.

Cela a été l'une des présentations les plus convaincantes depuis que je siège au conseil municipal, a déclaré Scott Gillingham. Nous devons tenir compte de ce qui a été dit.

Avec les informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !