•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Industrie forestière : Martin Ouellet veut éviter la perte définitive d'emplois

Des planches de bois sont empilées à l'extérieur de l'usine.

700 employés ont été touchés par la fermeture temporaire des usines de Produits forestiers Résolu en 2020 (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre Marceau

Radio-Canada

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, dit travailler d'arrache-pied pour assurer la relance de l'usine de Produits forestiers Résolu, à l’arrêt depuis maintenant plus d’un an.

Il a placé l’industrie forestière au cœur de son bilan de fin de session parlementaire, mercredi, disant s’inquiéter que le bois de la Côte-Nord ne soit transformé ailleurs et que les travailleurs de la région ne retrouvent pas leur emploi.

Il n'est pas question pour moi que le bois de la Côte-Nord soit transformé ailleurs, que les emplois, les retombées économiques se trouvent ailleurs.

Une citation de :Martin Ouellet, député de René-Lévesque

Le leader parlementaire demande à Produits forestiers Résolu d'être attentif aux différentes offres d'achat qui pourraient lui être faites.

J'invite Résolu à avoir des oreilles attentives aux offres, parce que ce que la région veut surtout, c'est qu'on continue à bûcher du bois ici, qu'on continue à transformer le bois ici, qu'on soit capable d'en faire une valeur ajoutée, a-t-il déclaré.

Martin Ouellet discute avec une personne.

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet (archives)

Photo : Francis Vachon/Parti québécois

Produits forestiers Résolu a été contrainte de fermer ses usines de Baie-Comeau et d'Amos au printemps 2020, à la fois en raison de la pandémie et d’une conjoncture défavorable sur le marché du bois.

Il y a deux mois, le président de la papetière disait croire de moins en moins aux possibilités de redémarrage des usines de papier journal de Baie-Comeau et d’Amos dans le contexte actuel.

Martin Ouellet assure que c'est un dossier sur lequel il travaillera durant la saison estivale, en gardant la discussion ouverte avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Faciliter les échanges entre Boisaco et le ministère

Le député péquiste se porte également à la défense du groupe Boisaco, qui craint de perdre 30 % de son territoire d'exploitation lors du déploiement du plan de rétablissement du caribou forestier prévu par Québec pour 2023.

Dans une lettre ouverte envoyée il y a quelques semaines, Boisaco demandait au gouvernement Legault de revoir sa stratégie de protection.

Le député de René-Lévesque dit être en pourparlers avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Le logo de Boisaco est apposé sur une pile de planches de bois d'oeuvre.

Boisaco estime que le plan gouvernemental menace la survie de l'entreprise de 600 employés (archives).

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

J'ai réussi à obtenir une rencontre entre Boisaco et le ministère, justement pour que Boisaco puisse présenter au gouvernement du Québec ses solutions, devant ce qu'elle a appelé une situation qui pouvait mettre à risque sa situation financière.

Selon le député, Boisaco a entre les mains des solutions à proposer à Québec.

Autre préoccupation : le transport interrégional

Les nouvelles annonces au sujet du prolongement de la route 138 ont été saluées par le député Martin Ouellet durant son bilan.

Le député insiste toutefois sur l’avancement d’autres dossiers urgents pour l’Est-du-Québec. Le pont à l'embouchure du Saguenay, l’optimisation du passage des traversiers et le transport régional aérien font partie de ses priorités.

Vous le savez, notre premier lien entre la Côte-Nord et le reste du Québec, c'est le pont sur la rivière Saguenay. Alors c'est pour ça que, pour nous, on ne ratera pas aucune occasion de le mettre à l'ordre du jour et d'avoir un engagement clair du gouvernement à ce sujet, a-t-il affirmé.

Le traversier Armand-Imbeau II s'approche de Tadoussac.

Le traversier Armand-Imbeau II s'approche de Tadoussac (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Martin Ouellet a lancé des flèches au gouvernement Legault et a réfuté les avantages du troisième lien de Québec pour l’Est-du-Québec.

Lorsque le gouvernement a essayé de justifier son troisième lien en disant que les gens de l'Est-du-Québec allaient en bénéficier, c'est totalement faux.

Y'a pas personne ici dans cette circonscription, il n'y a pas un élu qui m'a dit : "Écoute Martin, le troisième lien, c'est génial!"

Une citation de :Martin Ouellet

L'élu n'a pas passé sous silence les différentes sagas des traversiers qui relient la rive sud du fleuve Saint-Laurent à la Côte-Nord et dit toujours attendre le plan d'optimisation des traversiers, promis par la Société des traversiers du Québec (STQ) et le ministère des Transports.

Le député souhaite obtenir le rapport sur le transport régional aérien, promis par la CAQ.

Le leader parlementaire dit également travailler à ce que l'offre des trajets d'autobus d'Intercar redevienne comme avant la pandémie.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !