•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du reboisement dans le secteur brulé de Chute-des-Passes

Des arbres brûlés.

La forêt a été détruite sur des kilomètres.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

L'heure est maintenant au reboisement dans le secteur de Chute-des-Passes, touché par un immense feu de forêt à l'été 2020. Le bois brûlé suffisamment mature, dans cette zone de 50 891 hectares, a été récolté au cours de la dernière année.

Trois entreprises forestières ont récolté près de 700 000 mètres cubes de bois endommagé par les flammes, soit 94 % du volume disponible. Cela représente environ le tiers de la superficie du feu.

Les équipes ont dû revoir rapidement leur plan alors que la forêt brûlait encore. Il a fallu tout réaligner notre saison d'opération pour être capable, en collaboration avec le ministère, d'intervenir le plus rapidement possible dans ces zones pour éviter les pertes de bois. Quand le feu est arrivé, à l'été, il a fallu refaire la planification. Ce qui nous a permis dans le bout du mois de novembre de commencer à récolter à l'intérieur des superficies brûlées , explique le directeur général de la Coopérative forestière de Petit Paris, Alain Paradis.

La récolte du bois représentait une opération complexe pour les travailleurs impliqués et les équipements. Ils devaient faire vite puisque les longicornes ne perdent pas de temps pour ravager le bois.

On avait vraiment peur qu'il soit très affecté par les insectes. On craignait beaucoup que la qualité du bois soit vraiment beaucoup détériorée. Finalement, ce fut le cas. Le bois a de présence de trou de verres dans tout le bois de sciage qu'on a fait. Heureusement, ça s'est adonné avec une période où la demande était très très forte. Donc, cela a évité qu'il y a des plaintes de beaucoup de clients, témoigne Alain Paradis.

Pour la Coopérative forestière de Petit Paris, la saison consacrée à la récolte du bois brûlé représente la moitié du volume récolté lors d'une saison d'opération régulière.

Du bran de scie au sol.

Le bran de scie au pied des arbres indique que les larves du longicorne ont déjà commencé à ravager le bois sous l'écorce brûlée.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Au total, un volume de 740 858 mètres cubes a été offert aux bénéficiaires de garantie d'approvisionnement (BGA) et au Bureau de mise en marché des bois (BMMB). L’opération de récolte du bois brûlé a débuté en août 2020 et s’est terminée en avril 2021.

Cette récupération visait la transformation des bois brûlés en produits de bois d'œuvre. Aucune récolte n’est prévue pour cet été, car l’état de la dégradation de la qualité de la fibre par les insectes ne permettrait pas la transformation des bois en produits de bois d'œuvre. Par contre, les bois non récupérés sont disponibles à la transformation pour d'autres usages, comme la biomasse forestière par exemple , explique Jean-Félix Villeneuve, ingénieur forestier au ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFPQ).

Début du reboisement

Une superficie de 2 500 hectares sera reboisée, dans le secteur touché par le feu 395, à compter de cet été. Environ 4 000 000 d’arbres seront plantés dans la zone. Des opérations de préparation de terrain s’effectueront également en 2021, pour permettre la remise en production d’une superficie de 5 000 hectares (8 000 000 de plants) en 2022 , précise Anne-Christine Chouinard, ingénieure forestière au MFFPQ.

Le travail de planification et de reboisement s'étendra sur plusieurs années. Ce sera à surveiller dans les prochaines années. Dès cet été, même l'année prochaine ou dans deux ans, c'est possible que des forêts brûlés qui ont pas été récupérées parce qu'elles étaient trop jeunes comme des forêts d'une cinquantaine d'années, la régénération naturelle pourrait s'installer. On n'aurait pas besoin de mettre en production, précise l'ingénieur forestier, Jean-Félix Villeneuve.

Il faudra patienter jusqu'à 90 années avant de retrouver des forêts matures dans ce secteur du Lac-Saint-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !