•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport du Comité de la défense sur l'affaire Vance pourrait ne pas voir le jour

Des députés de l’opposition soutiennent que l’obstruction libérale pourrait empêcher le comité de terminer son rapport avant l’ajournement estival.

Portrait d'un homme en habit militaire, l'air sérieux

L'ancien chef d'état-major de l'Armée canadienne, Jonathan Vance

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Les libéraux fédéraux sont accusés d'avoir laissé tomber les victimes d'inconduite sexuelle au sein de l'armée, comme un comité parlementaire se prépare à ajourner ses travaux pour l'été sans avoir produit son rapport sur la façon dont le gouvernement Trudeau a géré les allégations visant Jonathan Vance.

Le Comité de la défense des Communes a enquêté sur la gestion par le gouvernement des plaintes contre le chef d'état-major Vance ainsi que son remplaçant, l'amiral Art McDonald, depuis que des allégations contre les deux hommes ont fait surface pour la première fois en février. Mais des députés de l'opposition affirment qu'un mois d'obstruction libérale pourrait bien avoir empêché le comité de terminer son rapport final avant l'ajournement de la Chambre pour l'été, mercredi prochain, et d'éventuelles élections à l'automne.

L'opposition soutient aussi que cette obstruction a empêché le dépôt en Chambre de deux autres rapports, dont l'un sur un meilleur accès aux soins de santé mentale pour les militaires.

Plusieurs rapports de défense sont maintenant victimes des singeries partisanes de ce gouvernement, a déclaré mercredi en Chambre le conservateur Bob Benzen, membre du comité parlementaire. Les députés libéraux continuent de placer leur parti au-dessus du peuple, et surtout au-dessus des victimes d'inconduites dans l'armée.

Le comité doit se réunir vendredi et lundi avant l'ajournement de mercredi prochain, ce qui, selon le porte-parole néo-démocrate en matière de défense, Randall Garrison, serait tout juste suffisant pour tout accomplir, à condition que les libéraux cessent leurs tactiques dilatoires, soutient-il en entrevue.

La députée libérale Anita Vandenbeld, membre du comité, qui est également secrétaire parlementaire du ministre de la Défense, Harjit Sajjan, n'était pas disponible dans l'immédiat mercredi pour commenter.

La santé mentale des militaires

Le Comité de la défense est en fait l'un des deux comités parlementaires qui se sont penchés sur les inconduites sexuelles au sein de l'armée. Le Comité permanent de la condition féminine a enquêté sur la question plus large et devrait produire un rapport contenant des recommandations pour régler le problème.

M. Garrison croit que rien ne changera à Ottawa si le Parlement et les Canadiens ne comprennent pas pourquoi le gouvernement libéral n'en a pas fait davantage lorsque l'ombudsman militaire a signalé l'allégation visant le général Vance au ministre Sajjan, en mars 2018. Il est aussi contrarié que l'étude sur la santé mentale des militaires soit aussi victime de la politique partisane, étant donné les besoins réels.

Les Forces armées canadiennes ont signalé la semaine dernière que 16 militaires s'étaient suicidés l'année dernière, portant le total au cours de la dernière décennie à 191, soit plus que le nombre de morts pendant toute la guerre en Afghanistan.

Global News avait signalé pour la première fois en février dernier des allégations selon lesquelles le général Vance avait eu une liaison avec une subalterne, qui a commencé en 2001 et s'est poursuivie lorsqu'il est devenu chef d'état-major en 2015. Il est également soupçonné d'avoir envoyé un courriel obscène à une subalterne en 2012. M. Vance, qui a démissionné en janvier, a refusé les demandes d'entrevues de La Presse canadienne, mais Global a indiqué qu'il nie tout acte répréhensible.

Alors que les partis d'opposition ont exprimé mercredi des inquiétudes quant au sort du rapport du Comité de la défense, les conservateurs ont également averti la Chambre qu'ils pourraient forcer un vote de censure visant le ministre Sajjan et exprimer la déception de la Chambre à son égard.

Cette motion serait l'une des trois que le parti peut choisir de faire débattre en Chambre jeudi, lors de la journée spéciale de l'opposition, ce qui conduirait à un vote la semaine prochaine. Les deux autres motions concernent les règles parlementaires et les relations Canada-Chine.

Les conservateurs ont également intensifié leurs appels au licenciement du ministre Sajjan, en poste depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement Trudeau en 2015. Le chef conservateur, Erin O'Toole, lui a reproché sa gestion des inconduites sexuelles dans l'armée, mais aussi d'avoir exagéré son rôle dans la plus grande bataille du Canada en Afghanistan, entre autres choses.

Le député néo-démocrate Garrison croit lui aussi que le ministre Sajjan devrait être démis de ses fonctions, surtout depuis que l'on a appris que deux officiers supérieurs avaient joué au golf avec M. Vance plus tôt ce mois-ci. Nous avons besoin de quelqu'un en qui les Canadiens auront confiance, qui comprendra parfaitement les victimes d'inconduite sexuelle, qui prendra des mesures dans les cas d'inconduite sexuelle et qui dirigera le dossier, a estimé M. Garrison.

À la période de questions aux Communes, le ministre Sajjan a à son tour accusé les conservateurs d'avoir eux aussi laissé tomber les militaires, lorsqu'ils étaient au pouvoir, en sabrant le budget de la défense. Notre gouvernement a encore beaucoup de travail à faire lorsqu'il s'agit de traiter les fautes professionnelles, et nous le ferons, a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !