•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnat pour Autochtones de Kamloops : appel à « ralentir » les cérémonies

Des gens posent des fleurs devant un monument commémoratif.

Des gens continuent de déposer des fleurs devant un monument à la mémoire des anciens pensionnaires autochtones de Kamloops.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

La cheffe de la Nation Tk'emlups te Secwépemc, Rosanne Casimir, appelle à un « ralentissement » des activités et des cérémonies qui se tiennent dans sa communauté depuis la découverte près de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops de 215 emplacements qui pourraient contenir les restes d'anciens enfants pensionnaires.

Nous sommes plus forts à cause de vous, a déclaré la cheffe Casimir lors d’un point de presse virtuel, mercredi. Mais nous avons aussi besoin de ralentir le rythme.

Les membres de la communauté sont tout juste en train de recevoir leur deuxième dose du vaccin contre la COVID-19, a indiqué la cheffe qui veut s’assurer qu’il n’y ait pas d'éclosion et de transmission de la maladie au sein de la Première Nation.

La communauté, qui se trouve près de Kamloops, en Colombie-Britannique, s’est retrouvée au cœur de l’attention du Canada entier il y a trois semaines lorsqu’elle a annoncé la découverte près de l’ancien pensionnat pour Autochtones de ce qui semble être 215 sépultures non identifiées.

Depuis, les événements de soutien se multiplient dans la région, notamment des marches, des cérémonies et des rassemblements devant un monument commémoratif à la mémoire des anciens pensionnaires.

Bannière-image du dossier.

Garder tout le monde en sécurité

La médecin-hygiéniste en chef de la régie de santé des Premières Nations de la Colombie-Britannique, Shannon McDonald, a dit comprendre la volonté qu’ont plusieurs personnes de partager leur douleur et leur perte et de montrer leur solidarité.

C’est important de garder tout le monde en sécurité, a-t-elle toutefois ajouté lors du point de presse.

La Dre McDonald a rappelé que la phase actuelle du plan de réouverture de la Colombie-Britannique ne permet pas les rassemblements de plus de 50 personnes à l’extérieur.

Elle invite les gens à tenir des cérémonies plus petites et plus intimes. La COVID-19 est toujours active dans l’Intérieur [de la province], a-t-elle ajouté.

Rapport final dévoilé fin juin

La cheffe de la nation Tk’emlúps te Secwépemc indique qu’un rapport plus détaillé sur la découverte sera probablement dévoilé à la fin du mois de juin.

Le rapport final est toujours en cours d’élaboration, a dit Rosanne Casimir. Il y a un certain nombre d’étapes et une diligence appropriée à respecter.

Nous rendrons les conclusions publiques aussitôt qu’elles seront disponibles, a-t-elle ajouté.

Rosanne Casimir a aussi expliqué que la Première Nation travaillait en étroite collaboration avec le détachement local de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui a ouvert une enquête à la suite de la découverte.

Nous travaillons avec eux, et eux avec nous, a-t-elle affirmé.

Vous avez besoin de parler à quelqu'un?

Une ligne d'écoute téléphonique nationale pour les pensionnats pour Autochtones a été mise en place pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. Les gens peuvent accéder à des services d'aiguillage émotionnel et de crise en tout temps en appelant la ligne de crise nationale au 1 (866) 925-4419.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !