•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’éclosion de COVID-19 à Kashechewan pourrait avoir atteint son sommet

Le chef de la Première Nation de Kashechewan, Leo Friday.

Le chef de la Première Nation de Kashechewan, Leo Friday, observe un ralentissement de l'augmentation des cas de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

Radio-Canada

Le chef de la Première Nation de Kashechewan, Leo Friday, affirme que la crise dans sa communauté pourrait avoir atteint un sommet, car il y a eu davantage de guérisons que de nouveaux cas mardi, une première depuis le début de l’éclosion de COVID-19.

Il y a 216 cas actifs de COVID-19 à Kashechewan, a indiqué le chef Friday, soit 16 de moins que ce que dénombrait la Weeneebayko Area Health Authority mardi.

Environ le quart des cas actifs dans des Premières Nations au pays se trouve à Kashechewan.

Plus de 10 % des résidents de la communauté ont été déclarés positifs et la moitié des personnes infectées sont des enfants de moins de 12 ans, qui ne sont pas admissibles à la vaccination.

Plusieurs adolescents, qui n'ont reçu que récemment une première dose, ont aussi été déclarés positifs.

Dans sa mise à jour mercredi matin, le Bureau de santé Porcupine (BSP) a signalé 12 nouveaux cas sur son territoire, dont 11 dans la région de la baie James et de la baie d’Hudson, où se trouve Kashechewan.

La santé publique a aussi ajouté 53 guérisons à son bilan. Le territoire du BSP compte 304 cas actifs, dont 240 dans la région de la baie James et de la baie d'Hudson.

C'est un problème de surpopulation dans les maisons, a déclaré le chef Friday dans une entrevue à CBC. Nous avons commencé avec un cas, puis trois, et tout d'un coup ça saute à 11 et ça grimpe chaque jour après ça.

Charlie Angus, député de Timmins—Baie James, a déclaré que d’autres facteurs ont contribué à la propagation, notamment le niveau élevé de dépendance aux opioïdes.

En point de presse mercredi midi, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a admis que la communauté fait face à une crise du logement qui nuit aux efforts pour réduire la propagation des maladies.

Il a rappelé que le gouvernement fédéral a annoncé d’importants investissements pour corriger la situation.

C’est une période difficile pour eux et nous serons là pour les soutenir, a-t-il assuré.

L’éclosion est un triste rappel que la COVID-19 est encore présente et dangereuse, a ajouté le ministre.

Une quinzaine de Rangers canadiens et une quinzaine d'infirmières étaient attendus à Kashechewan mardi pour apporter leur aide.

Selon le chef Leo Friday, une aide plus importante de l'armée serait également la bienvenue.

Marc Miller n’a pas indiqué si un déploiement de plus de soldats était envisagé.

Avec les informations de CBC, et Geneviève Normand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !