•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi C-32 : vers une plus grande reconnaissance des langues autochtones?

Un tableau noir où est écrit Bienvenue en plusieurs langues autochtones.

La protection des langues autochtones prend sa source dans la Loi constitutionnelle de 1982. (archives)

Photo : Radio-Canada

Charles Le Bourgeois

Avec le projet de loi C-32 de modernisation de la Loi sur les langues officielles, déposé mardi à Ottawa, plusieurs espèrent voir une amélioration de l'égalité réelle entre le français et l’anglais, mais également une protection accrue des langues autochtones au pays.

C'est notamment le cas de Krysta Alexon, francophone de la Saskatchewan et membre de la Première Nation crie Kahkewistahaw.

Selon elle, ce projet de loi est un bon début, mais elle déplore le manque d’actions concrètes.

Quand on lit le projet, oui, on fait mention des langues autochtones, mais il manque de clarté sur la place que les langues autochtones vont avoir dans la loi.

Selon un communiqué de Patrimoine canadien, le gouvernement fédéral propose de modifier la loi pour que celle-ci mentionne explicitement les langues autochtones à l’article 83, afin que rien dans la loi ne porte atteinte au statut, au maintien et à la valorisation des langues autochtones.

Krysta Alexon espère donc que cette modernisation de la loi sera l’occasion d’ajouter des possibilités pour les langues autochtones en Saskatchewan, notamment en offrant des cours ou des écoles en langue crie .

La jeune femme se réjouit par ailleurs que le projet de modernisation prévoie une place plus élargie aux langues autochtones dans la fonction publique fédérale, car cela, pense-t-elle, pourrait avoir des effets dans la province.

Le gouvernement du Canada rappelle par ailleurs que dans d’autres régions du pays, comme au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, certaines langues autochtones sont déjà reconnues à titre de langues officielles.

La protection des langues autochtones prend sa source constitutionnelle dans l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Avec les informations d'Elsie Miclisse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !