•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIUSSS recommande d'éviter les urgences dans la mesure du possible

L'entrée de l'hôpital de Chicoutimi.

L'hôpital de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

Les urgences des hôpitaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, particulièrement celui de Chicoutimi, se retrouvent dans une situation critique, à tel point que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean demande à la population d’éviter de s’y présenter pour des raisons non urgentes.

Dans un message publié sur la page Facebook du CIUSSS, il est indiqué que la recommandation s'applique pour les prochains jours.

Le débordement est plus important à l’urgence de l’hôpital de Chicoutimi en raison du nombre de visiteurs. Selon le relevé horaire de 13 h du ministère de la Santé et des Services sociaux, on y dénombrait 54 patients sur des civières, alors qu’il y a 41 civières fonctionnelles. Douze patients occupaient des civières depuis plus de 24 heures et trois depuis plus de 48 heures.

Les urgences des autres hôpitaux connaissent aussi un achalandage plus important.

Le réseau est fragile, mais du côté de l'urgence, on est dans un secteur de soins critiques, de première ligne, indique le conseiller-cadre aux communications et aux relations médias du CIUSSS, Pierre-Alexandre Maltais. Toutes les personnes qui vont se présenter, je veux être bien clair, vont être accueillies et vont être prises en charge. Nous, ce qu'on veut, c'est sensibiliser les gens parce que l'impact concret, c'est que le temps d'attente augmente.

Le CIUSSS recommande aux gens de consulter autant que possible leur médecin de famille, les cliniques sans rendez-vous ou leur GMF. Si la situation est plus sérieuse, il ne faut toutefois pas hésiter à se rendre à l’urgence d’un des centres hospitaliers. En cas de doute, il est recommandé de contacter le service gratuit Info-Santé 8-1-1.

La situation entraînerait le recours aux heures supplémentaires obligatoires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !