•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, AstraZeneca n’a pas annoncé que son vaccin contre la COVID-19 est inefficace

C'est plutôt son traitement par anticorps, toujours en étude clinique de phase 3, qui a fait l'objet d'une annonce.

Capture d'écran d'une publication Facebook qui comprend une capture d'écran d'un article intitulé "AstraZeneca annonce que son traitement contre la COVID-19 est inefficace". Let mot "attention" est superposé sur l'image.

Des publications trompeuses sur les réseaux sociaux laissent entendre qu'AstraZeneca a annoncé que son vaccin contre la COVID-19 est inefficace.

Photo : Capture d'écran Facebook

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca a annoncé mardi que l’essai clinique de son traitement par anticorps pour prévenir les cas symptomatiques de COVID-19 après exposition au virus ne s'est pas avéré concluant. Des publications trompeuses sur les réseaux sociaux ont ensuite laissé entendre que la nouvelle concernait son vaccin contre la COVID-19, ce qui est faux.

C’est notamment le cas du policier du peuple, l’une des têtes d’affiche des mouvements contre les mesures sanitaires et anti-vaccins.

Ce dernier a partagé sur deux de ses pages Facebook une capture d’écran d’un article intitulé AstraZeneca annonce que son traitement contre la COVID-19 est inefficace, accompagnée du message : j'aurais tellement aimé ça faire une thrombose pour rien. Cela fait référence aux rares cas de thrombose survenus au Québec, soit environ un sur 50 000 vaccins AstraZeneca administrés en première dose, selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) (Nouvelle fenêtre) du Québec.

Ensemble, les deux publications ont accumulé près de 800 partages contenant souvent de fausses associations entre le traitement par anticorps et le vaccin anti-COVID.

Rappelons que le vaccin AstraZeneca est efficace à environ 60 % pour prévenir la maladie et à 90 % pour prévenir les hospitalisations après la première dose. Son efficacité pour prévenir la maladie grimpe à 80 % après la deuxième dose, selon le MSSS (Nouvelle fenêtre).

Une seringue et un flacon du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19.

Le vaccin Astrazeneca n’est plus donné en première dose au Québec.

Photo : Getty Images / MARCO BERTORELLO

Traitement inefficace, mais pas sans espoir

Le traitement ayant fait l’objet de l’annonce de mardi porte le nom de code AZD7442. Il s’agit d’une combinaison de deux anticorps qui est présentement en étude clinique de phase 3, la dernière étape à franchir avant une mise en marché.

L’essai n’a pas atteint le but principal de prévenir les cas de COVID-19 symptomatiques après exposition [au virus], peut-on lire dans un communiqué (Nouvelle fenêtre) publié sur le site d’AstraZeneca.

L’essai était mené auprès de 1121 personnes non vaccinées âgées de plus de 18 ans qui avaient été exposées à une personne contaminée par la COVID-19 au cours des huit jours précédents. Le traitement a réduit le risque de développer un cas symptomatique de 33 %, un taux qui n’est pas statistiquement significatif, selon AstraZeneca.

Les résultats étaient toutefois plus encourageants pour les personnes non vaccinées qui n’étaient pas préalablement exposées au virus. Des essais pour évaluer l’efficacité du traitement dans ce contexte, ainsi que chez les personnes touchées par des formes sévères de COVID-19, sont toujours en cours.

Bien que les efforts de vaccination contre la COVID-19 aient été couronnés de succès, il y a toujours un besoin important pour des options de prévention et de traitement pour certaines populations, y compris celles qui ne peuvent pas être vaccinées ou celles qui peuvent avoir une réponse inadéquate à la vaccination, explique par voie de communiqué le Dr Myron J. Levin, MD, professeur de pédiatrie et de médecine à l'University of Colorado School of Medicine et chercheur principal de l’essai.

Les participants négatifs à la COVID-19 avaient 92 % moins de chances de développer une maladie symptomatique sept jours après avoir reçu l'AZD7442.

Decrypteurs. Marie-Pier Élie, Jeff Yates, Nicholas De Rosa et Alexis De Lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !