•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traverse Rimouski-Forestville : « avec ou sans le CNM Évolution » selon Micheline Anctil

Le navire CNM Évolution, qui effectue la traversée entre Rimouski et Forestville.

Le navire CNM Évolution, qui effectue la traversée entre Rimouski et Forestville (archives).

Photo : Radio-Canada/Julie Tremblay

Radio-Canada

Le maire de Rimouski et la mairesse de Forestville avancent que l'avenir de la traverse reliant Rimouski et Forestville ne passera pas nécessairement par le CNM Évolution.

La direction de la traverse a décidé de ne pas mettre à l'eau le navire par la crainte de connaître une seconde saison déficitaire. Des pertes financières de 100 000 $ avaient été causées l'an dernier en raison de la pandémie.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, soutient que les intervenants des deux rives travaillent à trouver une solution pérenne pour assurer un service de traverse fiable dès 2022.

« Je pense que la population est en droit d’avoir un navire rapide et de plus forte dimension qui pourra assurer possiblement un service sur une plus longue période. Je suis d'avis qu’avec un navire de qualité, efficace et avec une plus grande capacité de charge, il sera possible d’offrir un bien meilleur service », a indiqué le maire de Rimouski en entrevue mercredi à Info-réveil.

Selon la mairesse de Forestville, Micheline Anctil, diverses options seront envisagées pour répondre aux besoins des usagers.

Ça peut être avec ou sans le CNM Évolution. Le résultat qu’on veut obtenir c’est un service garanti à la population.

Une citation de :Micheline Anctil, mairesse de Forestville

De son côté, le propriétaire de la traverse, Hilaire Journeault, persiste à croire que le navire offre un service adapté à la clientèle.

« Après 22 ans de service entre Rimouski et Forestville, de nous revirer de la main comme ça, je ne comprends pas. J’ai toujours eu à cœur de faire naviguer le bateau. Ce qui arrive, c’est que l’année passée on a perdu beaucoup d'argent, donc je me dis que c’est pas quand je serai rendu en faillite que ça va être le temps d’arrêter », explique-t-il.

Par ailleurs, Marc Parent dit garder espoir que la Société des Traversiers du Québec et le gouvernement provincial financent ce service.

Matane, Trois-Pistoles, Rivière-du-Loup, eux, ont tous eu des aides financières importantes de la part du gouvernement du Québec.

Une citation de :Marc Parent, maire de Rimouski

Il trouve notamment que cette situation est injuste tant pour l'entreprise CNM Évolution que pour les usagers.

Le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, abonde dans le même sens.

« Ça prend une traverse. Je suis déçu qu’on n’ait pas réussi à s'entendre encore avec M. Journeault parce que peut-être qu’une petite traverse c’est mieux que pas de traverse du tout », soulève-t-il.

On espère un dénouement heureux le plus rapidement possible parce qu’on ne peut pas continuer comme ça.

Une citation de :Jonathan Laterreur, Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette

La mairesse de Forestville soutient par le fait même que les impacts sur l'industrie touristique de la Côte-Nord seront considérables et qu'il y a déjà plusieurs annulations depuis l'annonce de l'interruption du service pour l'été.

« C'est dommage parce que la saison s'annonçait très prometteuse », conclut Mme Anctil.

D'après les informations d'Alice Proulx et de Michel-Félix Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !