•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle altercation entre des pêcheurs sur la rivière Moisie

Un plan large de la rivière Moisie

La rivière Moisie est aussi appelée Mishta Shipu par les Innus, qui revendiquent leur droit d'y pêcher.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Catherine Paquette

Une altercation entre un ancien président de l’Association de protection de la rivière Moisie (APRM) et deux autres pêcheurs a été captée sur vidéo hier lors d’une activité de pêche sur le terrain du Club de pêche de la rivière Moisie, anciennement appelé Club Adams.

La vidéo de 42 secondes circule sur les réseaux sociaux.

On peut y voir l’ancien président Daniel Girard de l’APRM s’adresser à deux pêcheurs innus, sur un ton très agité, et affirmer qu'ils étaient sur un terrain privé et qu'ils n'avaient pas le droit d'y pêcher puisqu'ils n'avaient pas été invités.

Le Conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam (ITUM), le Camp de pêche de la rivière Moisie (CPRM), l’Association de protection de la rivière Moisie (APRM) ont tous trois réagi par voie de communiqué après avoir pris connaissance de l'altercation entre Daniel Girard et deux membres de la communauté innue, aux abords de la rivière Moisie.

C’est pas mon territoire. T’es sur un terrain privé. Moi, je suis invité pour venir ici aujourd’hui. J’ai le droit, je vais pêcher, lance M. Girard durant la discussion, qui a été filmée. M. Girard a été président de l'APRM de 1995 à 2006.

Mais toi, t’es pas invité, qu’est-ce que tu fais ici?

Une citation de :Daniel Girard

L'ITUM a déploré dans un communiqué ses propos bouleversants et inappropriés, rappelant l’importance de la rivière Moisie (Mishta Shipu), pour l’identité et l’histoire de leur communauté.

Cet événement déplorable est un exemple malheureux qui nuit à la réconciliation et à la cohabitation harmonieuse entre les communautés, a ajouté le chef Mike Mckenzie.

Un événement similaire est survenu il y a un an, sur la même rivière, lieu de tension puisque les Innus tentent d'en reprendre le contrôle depuis plusieurs années.

Excuses et dissociations

Le CPRM a émis un communiqué pour déplorer l’événement. Il souligne que le Camp de pêche de la rivière Moisie a toujours privilégié une cohabitation harmonieuse avec la communauté innue.

Une lettre d’excuse qui s’adresse à l’ensemble de la communauté innue, a d’ailleurs été envoyée au chef, Mike McKenzie par Gordon Gund, président du CPRM.

Le président y explique que M. Girard s'était présenté à l'invitation du camp, et assure qu’il n'y reviendra plus. M. Girard était un invité du camp. Suite à ses agissements il ne sera dorénavant plus le bienvenu.

L’accès à la propriété du camp, incluant la pêche, lui sera interdit pour toujours

Une citation de :Gordon Gund, président du CPRM

Gordon Gund affirme dans la lettre reconnaître la présence millénaire des Ancêtres des Innus de Uashat Mak Mani-Utenam sur la rivière Mishta Shipu .

Quant à lui, le président de l’APRM Michel Villeneuve tenu à se dissocier des propos de son ancien président, rappelant qu’il n’est plus en poste depuis plus de deux ans et que le secteur d’activité de l’APRM n’est pas le même que celui du CPRM.

Daniel Girard réplique

Dans une lettre de deux pages adressée directement à Mike Mckenzie et remise en mains propres au chef mercredi, Daniel Girard affirme qu'il s'agit d'un coup monté.

Selon le pêcheur, les Innus n'ont pas le droit de propriété à cet endroit de la rivière. La terre appartient à tous ses occupants et non à un groupe précis, écrit-il avant d'énumérer des exemples qui témoignent de la tension autour des droits des différents pêcheurs.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, Daniel Girard indique que sa réaction aurait été la même, que les pêcheurs aient été autochtones ou non. Il dit comprendre les revendications ancestrales du peuple innu sur la rivière moisie, mais il estime qu’ils doivent se soumettre aux mêmes règles d’accès aux terrains privés que les allochtones.

Un droit ancestral

L’altercation, qui survient moins d’une semaine après les événements commémoratifs de la crise du saumon de Listuguj, amène le chef Mike Mckenzie à rappeler les droits ancestraux des peuples autochtones et à réitérer la place que prend Mishta Shipu (la rivière Moisie) et Utshashumeku (saumon) chez les innus de la région.

Nos ancêtres ont pêché dans cette rivière, ils l’ont naviguée et ils l’ont protégée pendant des milliers d’années. C’était notre garde-manger et notre autoroute pour remonter dans les terres et aller rejoindre le caribou. Aujourd’hui, nous sommes dans une démarche de réappropriation, par souci de justice historique, mais aussi pour l’avenir de notre peuple , peut-on lire dans le communiqué du conseil de bande.

Pour certains [Québécois], les Innus demeurent des étrangers chez eux

Une citation de :Mike Mckenzie, chef du Conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam

Le chef appelle au respect, mais également à l’éducation des Québécois au sujet de l’histoire du peuple innu, ainsi que sur les erreurs historiques qui font en sorte que des clubs privés américains sont toujours présents dans nos rivières, tel que le Camp de pêche de la rivière Moisie, anciennement appelé Club Adams.

Le ministre Lafrenière salue la décision du CPRM

Le ministre responsable des affaires autochtones, Ian Lafrenière a réagit à l'évènement. Il salue la décision du club de pêche d’exclure Daniel Girard. Selon le ministre, les propos véhiculés dans la vidéo sont intolérables et vont à l’encontre des valeurs du vivre-ensemble.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !