•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Expulsée de la CAQ, Claire Samson n'exclut pas de siéger pour le Parti conservateur

Claire Samson à l'Assemblée nationale.

Claire Samson se donne 24 heures de réflexion avant de penser à la suite des choses.

Photo : La Presse canadienne / Francis Vachon

Expulsée manu militari du caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ) après avoir fait un don de 100 $ au Parti conservateur du Québec (PCQ), la formation dirigée par Éric Duhaime, la députée Claire Samson s'accorde 24 heures de réflexion pour déterminer « si elle est toujours caquiste » et si elle pourrait bien devenir la première élue du PCQ.

En entrevue à l'émission Tout un matin, sur les ondes d'ICI Première, la députée d'Iberville a précisé qu'elle avait déjà mentionné, à la fois au premier ministre François Legault et au caucus de la CAQ, avoir rencontré M. Duhaime à plusieurs reprises.

[Le président du caucus, Mario Laframboise] m'a appelée [mardi] soir, pour me demander si c'était vrai que j'avais fait un don de 100 $ au Parti conservateur. J'ai dit oui, et c'est le droit de tout citoyen de contribuer à un parti politique et je me suis prévalue de mon droit. Il m'a dit qu'il allait recommander mon expulsion. Nous en sommes restés là, et j'ai lu dans le journal, ce matin, que c'était chose faite.

Mme Samson a toutefois précisé ne pas avoir confié directement l'existence de ce don à M. Laframboise, mais que les dons politiques sont publics, au Québec. Il n'y a pas de cachette là-dedans.

Pourquoi avoir fait un don à un parti adverse? Qui plus est, un parti qui s'oppose notamment aux mesures sanitaires décrétées par le gouvernement caquiste en vue de combattre la pandémie?

Je crois que dans une démocratie, les citoyens doivent avoir le plus de choix possible et je pense que M. Duhaime représente une option qui mérite d'être entendue et d'être défendue.

Une citation de :Claire Samson

Celle qui siège maintenant comme indépendante à l'Assemblée nationale affirme qu'il s'agit d'un choix personnel. Mme Samson reconnaît que son geste n'est pas courant, mais qu'il existe des cas où certaines personnes encouragent financièrement des individus sans voter pour ces derniers.

Je pense qu'Éric Duhaime mérite d'être entendu. On n'est pas obligé d'être d'accord avec tous ses points de vue, mais les Québécois méritent d'avoir des choix, a poursuivi la députée.

Cette dernière juge par ailleurs qu'au Québec, les oppositions sont passablement affaiblies, et les Québécois ont tout à gagner à avoir d'autres options.

Claire Samson le martèle : Je n'ai pas violé aucune loi ni aucun code d'éthique. Je n'ai rien à me reprocher, moi.

La députée n'a pas effectué de dons à d'autres partis. Elle explique cela par le fait que les contributions politiques sont limitées à 100 $ par année, par personne, en dehors des années électorales.

Une première députée du PCQ?

Mme Samson comprend que les responsables de la CAQ sont fâchés... pour eux, ça ne se fait pas, mais encore une fois, je n'ai rien fait d'illégal, j'ai respecté toutes les règles [...], je n'ai rien fait de mal.

La députée est-elle toujours caquiste? La CAQ a décidé qu'elle n'était plus caquiste. Alors Mme Samson n'a plus beaucoup d'options ce matin, répond la principale intéressée.

Ce matin, j'ai appris la nouvelle que j'étais expulsée; on va se donner 24 heures pour réfléchir, mais probablement que je suis beaucoup moins caquiste que je ne l'étais.

Une citation de :Claire Samson

De là à siéger sous les couleurs du PCQ, il y a un pas que la députée ne franchit pas. Du moins, pas pour l'instant. On verra... Je ne suis pas rendue là, du tout, du tout, du tout, a déclaré Mme Samson, qui demande également à M. Duhaime une période d'attente de 24 heures.

Je ne lui ai pas parlé encore, mentionne encore la députée. On verra; si on veut continuer à discuter, on le fera.

Rien ne garantit, cependant, que son passage chez les conservateurs pourra se faire avant les élections générales prévues l'an prochain. Si Mme Samson désire bel et bien devenir députée conservatrice avant le scrutin de 2022, des négociations impliquant le Bureau de l'Assemblée nationale (l'organe décisionnel de l'Assemblée nationale) devront avoir lieu.

Il en va de même pour la présence de M. Duhaime au prochain débat des chefs, si Mme Samson rejoint les rangs du PCQ. Le chef conservateur pourrait possiblement évoquer le précédent de Maxime Bernier, qui avait obtenu une participation aux débats des chefs lors des dernières élections fédérales en affirmant que son Parti populaire du Canada respectait plusieurs critères pris en compte par la Commission des débats des chefs.

Avec les informations de Martine Biron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !