•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Outaouais ne rattrape toujours pas son retard de couverture vaccinale

Des gens font la file devant un autobus stationné.

Le Vaccibus se déplace dans différents secteurs de l'Outaouais pour y augmenter la couverture vaccinale (archives).

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

Radio-Canada

L’Outaouais tire toujours de l’arrière dans sa couverture vaccinale, si on compare la région au taux qu’affiche l’ensemble du Québec.

Le pourcentage de personnes vaccinées a très peu augmenté depuis la semaine dernière, laissent croire les dernières données disponibles. Selon les statistiques partagées par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais mardi, celui-ci est de presque 65 %, alors qu’il se situait légèrement au-dessus de 63 %, la semaine dernière.

Il est certain que la couverture vaccinale, présentement, n’est pas suffisante pour vraiment bien contrôler la transmission, a dit la Dre Brigitte Pinard, directrice de la santé publique en Outaouais, en entrevue à l’émission Les Matins d’ici.

Elle a relevé que les taux sont d’autant plus bas dans certains secteurs, mentionnant celui de Hull, d’Aylmer et de la municipalité de Pontiac. La couverture est aussi plus basse, sur l’ensemble du territoire de l’Outaouais, chez les jeunes âgés de 18 à 39 ans.

Taux de vaccination chez les adultes en Outaouais, en date du 14 juin :

18-24 ans : 60,6 %

25-29 ans : 54 %

30-34 ans : 56,1 %

35-39 ans : 62,9 %

40-44 ans : 69,5 %

45-49 ans : 75,7 %

50-59 ans : 84 %

Source: CISSS de l’Outaouais

La mairesse de Pontiac, Joanne Labadie, s’est dite surprise que sa municipalité affiche un plus bas taux de vaccination. Elle a expliqué qu’elle n’avait pas entendu de commentaires négatifs sur la vaccination, mis à part quelques réticences face au vaccin d’AstraZeneca.

J’ai fait le calcul et on est 5 % de la population de l’Outaouais, mais [on compte pour] 36 % des cas actifs dans la région [...] et quand on a l’un des plus bas taux de vaccination, en plus de [l’émergence] de nouveaux variants, surtout le Delta, ça m’inquiète beaucoup, a-t-elle dit en entrevue.

À son avis, le déploiement de plus de cliniques mobiles à proximité des résidents de Pontiac aiderait à rattraper le retard.

Elle a noté que les trois cliniques de vaccination de masse les plus près de Pontiac sont à bonne distance. Pour nos résidents, ce n’est pas attirant d’aller au centre-ville de Hull, a-t-elle donné en exemple.

Mme Labadie croit aussi que le CISSS gagnerait à communiquer davantage en anglais pour ainsi mieux interpeller les anglophones de sa municipalité, entre autres.

De son côté, la Dre Pinard a indiqué que plus de détails sur l’accessibilité à la vaccination seront donnés au cours du prochain point de presse du CISSS de l’Outaouais, qui doit avoir lieu mercredi.

Il va y avoir des interventions - il y en a déjà - additionnelles pour s’assurer d’une couverture vaccinale maximale partout sur le territoire, a-t-elle affirmé.

L'objectif est d'atteindre une couverture vaccinale de 75 % de la population, minimalement.

Des cliniques rurales à Ottawa

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, Ottawa indique, dans un communiqué, que les personnes qui ont reçu leur première dose de vaccin dans des cliniques rurales et qui n'ont pas encore pris rendez-vous pour leur deuxième dose, recevront cette semaine un appel pour prendre rendez-vous.

La Ville précise qu'elle ne communiquera pas avec les personnes qui ont reçu leur première dose dans une clinique rurale, mais qui ont déjà pris des dispositions pour recevoir la deuxième dose par leurs propres moyens.

D'autres cliniques rurales temporaires vont avoir lieu entre le 20 et le 25 juin.

Elles auront lieu à l'aréna commémoratif R.-J.-Kennedy, à l'école secondaire West Carleton, à l'école secondaire South Carleton et à l'école secondaire du canton d’Osgoode.

La Municipalité précise que les rendez-vous sont obligatoires dans ces cliniques et que, pour l’instant, ils ne sont proposés qu’aux personnes directement contactées. Il n'est donc pas possible de prendre rendez-vous pour une clinique rurale temporaire par l'entremise du système de réservation provincial ni d'appeler la Ville.

Avec les informations de Mama Afou et de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !