•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 personnes arrêtées pour tentative d’entrée par effraction dans une mosquée

Des policiers maîtrisent un homme.

La police procède à l'arrestation d'un des suspects.

Photo : offerte par Taha Shaikh

Radio-Canada

Deux personnes sont soupçonnées d’avoir tenté d'entrer par effraction dans une mosquée de Scarborough. Elles auraient menacé le personnel du bâtiment. Elles ont été arrêtées sur place mardi.

La police de Toronto dit avoir reçu un appel vers 11 h 50 de l'Institut islamique de Toronto au 1630, route Neilson, dans l’est de la ville.

Des témoins ont affirmé qu'un homme et une femme avaient tenté de pénétrer dans le bâtiment et proféré des menaces, notamment à l'encontre d'un gardien sur place. Un témoin a déclaré à CBC News que les intrus avaient menacé de déclencher un explosif.

Le communiqué de la police de Toronto précise d'ailleurs que les suspects n'avaient ni armes ni explosifs sur eux.

Ils sont soupçonnés d’avoir été sous l'influence de drogues illicites, peut-on lire dans le communiqué.

Bien qu'il n'y ait aucune preuve suggérant que cela soit motivé par la haine pour le moment, par prudence, notre unité des crimes haineux a été informée et soutiendra l'enquête en cours, peut-on y lire.

Un geste d'arme avec ses doigts, selon des témoins

Omar Essawi visitait la mosquée avec son partenaire d'affaires. Nous avons remarqué deux personnes – un homme blanc et une femme blanche – qui tentaient d'entrer par l'avant du bâtiment, a déclaré M. Essawi à CBC News.

Au départ, M. Essawi croyait qu'il s'agissait d'employés d'un service de livraison, mais les deux intrus avaient les mains vides.

Ils sont devenus agressifs en essayant d'entrer dans le bâtiment. Ils ont commencé à donner des coups de pied dans les portes, a déclaré M. Essawi.

Mon partenaire d'affaires a fait le tour pour demander s'il avait besoin d'aide, a-t-il ajouté. L'homme a répondu qu'il était ici pour déclencher un explosif.

À ce moment-là, M. Essawi a appelé la police. Alors qu'il était au téléphone, la femme s'est approchée de lui et a fait un geste d'arme à feu avec ses doigts, a-t-il déclaré.

Heureusement, la police est arrivée, l'a interceptée et les a arrêtés tous les deux, selon M. Essawi.

Nerveux depuis London

Fareed Amin, président de l'Institut islamique de Toronto, a déclaré à CBC News que les intrus avaient tenté de s'introduire dans la mosquée.

Ils ont commencé à frapper à la porte principale, mais n'ont pas pu entrer, alors ils ont fait le tour, ont essayé les portes latérales, les portes du gymnase, mais aucune n'était ouverte, a déclaré M. Amin.

Bien qu'aucune blessure physique n'ait été signalée, M. Amin a déclaré que le gardien est plutôt choqué.

Les membres de la mosquée étaient nerveux, a déclaré M. Amin, étant donné l'attaque meurtrière contre une famille musulmane à London la semaine dernière. La police croit qu'elles auraient été  ciblées en raison de leur foi islamique.

La peur est la première chose qui me vient à l'esprit, a déclaré M. Essawi à propos de l'incident.

Avant [les événements de] London, je me serais senti à l'aise de les approcher, mais à cause de ce qui s'est passé à London, nous avons fait un effort pour garder nos distances.

M. Essawi a ajouté qu'il était reconnaissant de la réponse rapide de la police et de sa sensibilité à la situation.

La police de Toronto a déclaré que l'enquête en était à ses débuts et qu'elle continuerait à informer le public au fur et à mesure de son évolution.

Le maire réagit

Le maire de Toronto, John Tory, a réagi à la nouvelle sur Twitter.

Aujourd'hui, deux personnes ont été arrêtées pour avoir menacé le personnel de l'Institut islamique de Toronto. Merci à la police de Toronto d'avoir réagi rapidement à cet incident.

Je sais que c'est une période très effrayante pour notre communauté musulmane et que des incidents menaçants comme celui-ci augmentent la peur et l'anxiété des gens, a-t-il poursuivi.

Avec des informations de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.