•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ONG demande la fin des subventions à l'industrie des énergies fossiles en C.-B.

Un examen complet du système de redevances pétrolières et gazières est en cours à Victoria.

Un puits pétrolier.

Un puits pétrolier dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Photo : John Werring

Radio-Canada

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a octroyé 1,3 milliard de dollars en subventions à l’industrie du gaz et du pétrole en 2020-2021, dénonce l’organisme Stand.earth dans un rapport publié mardi (Nouvelle fenêtre). Dans la foulée, l'ONG demande la fin des subventions à cette industrie.

Victoria allègue toutefois que le rapport contient des « affirmations trompeuses » tout en soulignant qu’une révision des subventions accordées à l’industrie des énergies fossiles est en cours.

Les auteurs du rapport affirment avoir analysé le dernier budget provincial en profondeur et avoir utilisé comme baromètre la définition de subventions à l’énergie fossile stipulée par l’Organisation mondiale du commerce pour parvenir à leurs conclusions.

Ces subventions incluent des exemptions à la taxe provinciale, des redevances et des crédits d’impôt, de même que des investissements en infrastructures et en technologie.

Selon les auteurs, la Colombie-Britannique est ainsi la deuxième province la plus généreuse au Canada à l’égard du secteur des énergies fossiles après l’Alberta.

D'après leur analyse, les subventions augmentent à un rythme plus rapide que les redevances versées par le secteur du gaz et du pétrole, qui devraient rapporter 378 millions de dollars en 2021. C’est cinq fois moins que les subventions accordées par Victoria à l’industrie.

Des crédits pour creuser le sol

Les militants ciblent en particulier le programme de redevances pour les puits profonds de la province (Nouvelle fenêtre), qui permet aux compagnies d’obtenir des crédits sur les royautés qu’elles doivent payer, lorsqu’elles creusent le sol à la recherche de nouveaux puits.

Le crédit a été mis en place le 1er avril 2014, sous le gouvernement libéral. Dans le dernier budget, 421 millions de dollars ont été comptabilisés pour ce crédit.

C’est une faille dans le système de taxation qui est là pour appuyer l’industrie de la fracturation hydraulique, suggère Sven Biggs, directeur du programme canadien du gaz et du pétrole chez Stand.earth. Et comme on offre ces crédits plus vite que les entreprises ne peuvent les utiliser, les crédits dont ces entreprises disposent pour le futur atteignent maintenant 3,1 milliards de dollars.

Un frein à la lutte contre les changements climatiques?

Les auteurs du rapport notent aussi le fait qu'en 2020-2021, les subventions étaient plus importantes que les montants alloués au plan gouvernemental de lutte aux changements climatiques : 1,1 milliard de dollars.

Le premier ministre, John Horgan, continue de promouvoir ce mythe que notre province est un leader en matière de lutte contre les changements climatiques, mais ce n’est pas le cas, a affirmé Alexandra Woodsworth, du groupe environnemental Dogwood Initiative, au cours d’une conférence de presse mardi.

John Horgan, et Bruce Ralston en conférence de presse.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, et le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Innovation à faible émission de carbone, Bruce Ralston.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Les auteurs du rapport allèguent que si la situation se poursuit, Victoria ne sera pas en mesure d’atteindre ses cibles en matière de réduction de gaz à effet de serre.

Stand.earth demande au gouvernement néo-démocrate de réviser ses programmes de crédits et de redevance pour mettre fin aux subventions à l’industrie des énergies fossiles et rediriger l’argent économisé dans des programmes de diversification de l’économie.

Une révision des crédits en cours

Durant la dernière campagne électorale, l’automne dernier, le Nouveau Parti démocratique s’est déjà engagé à revoir le système de crédits accordés par l’industrie du gaz naturel. À Ottawa, le fédéral s’est aussi engagé à mettre fin à toute subvention pour l’industrie fossile d’ici 2025.

Dans une déclaration écrite, le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Innovation faible en carbone, Bruce Ralston, a confirmé être en train de réviser ses programmes de crédits d’impôt pour l’industrie.

Le gouvernement a entrepris un examen complet du système de redevances pétrolières et gazières de la Colombie-Britannique pour s'assurer qu'il répond à nos objectifs de développement économique [...] et de protection de l'environnement.

Une citation de :Bruce Ralston, ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Innovation faible en carbone

Le ministre affirme aussi que le rapport de Stand.earth contient des affirmations trompeuses et qu’il n’offre pas d’explication détaillée concernant la façon dont les données ont été obtenues.

Sonia Furstenau.

La chef du Parti vert de la C.-B., Sonia Furstenau, demande la fin des subventions à l'industrie des énergies fossiles.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

La chef du Parti vert, Sonia Furstenau, a quant à elle réagi sur les réseaux sociaux, joignant sa voix à celle des groupes environnementaux à l'origine du rapport. Nous ne pouvons pas continuer à subventionner des industries en déclin qui contribuent de manière disproportionnée aux changements climatiques et mettent notre avenir en danger, écrit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !