•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aviation israélienne a bombardé la bande de Gaza

Une explosion au loin.

Selon des sources palestiniennes, l'aviation israélienne a visé au moins un emplacement à l'est de Khan Younès.

Photo : afp via getty images / Said Khatib

Radio-Canada

L'aviation israélienne a mené des frappes dans la bande de Gaza après des lancers de ballons incendiaires mardi depuis ce territoire palestinien vers le sud d'Israël.

L’armée israélienne a confirmé les attaques aériennes dans le territoire palestinien qui ont visé, selon elle, des sites du Hamas, utilisés notamment pour des réunions de ce mouvement armé palestinien.

Elle affirme avoir procédé à cette opération en réponse au lancement de ballons incendiaires, qui ont provoqué une vingtaine d'incendies dans des champs du sud d’Israël.

Dans son communiqué, l’armée a dit être prête à tous les scénarios, y compris la reprise des combats face à la poursuite des actes terroristes provenant de Gaza.

Selon des sources palestiniennes, l'aviation israélienne a visé au moins un emplacement à l'est de Khan Younès, ville du sud de Gaza, dont environ un millier d'appartements, de bureaux et de commerces ont été détruits lors de la dernière guerre avec Israël.

Un homme se tient debout sur les ruines d'une maison.

Environ un millier d'appartements, de bureaux et de commerces ont été détruits à Khan Younès lors des derniers bombardements, en mai.

Photo : afp via getty images / Said Khatib

Ces frappes et ces tirs de ballons sont les premiers incidents importants entre Israël et Gaza depuis un cessez-le-feu, le 21 mai dernier, ayant mis fin à 11 jours d'une guerre-éclair ayant fait 260 morts côté palestinien, dont des enfants, des adolescents et des combattants, et 13 décès en Israël, dont ceux d'un enfant, d'une adolescente et d'un soldat.

Les bombardements israéliens surviennent le lendemain de la « Marche des drapeaux » de l’extrême droite israélienne à Jérusalem-Est, considérée comme une provocation par les Palestiniens. C'est pour protester contre cette marche que des ballons incendiaires ont été tirés à partir de l’enclave palestinienne vers le sud d’Israël.

Un homme brandit un projectile en feu.

Un Palestinien lance un projectile enflammé vers les forces de sécurité, lors d'une manifestation contre la « Marche des drapeaux » de l'extrême droite israélienne à Jérusalem-Est.

Photo : afp via getty images / Mahmud Hams

Nouvelle escalade?

Les États-Unis et l'ONU avaient appelé à la retenue avant la marche controversée que le nouveau gouvernement israélien de Naftali Bennett, en fonction depuis dimanche, avait autorisée tout en balisant son tracé pour éviter des confrontations avec les Palestiniens.

Le mouvement Hamas avait quant à lui menacé Israël de représailles si cette marche, célébrant la prise de contrôle et l'annexion de Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte, par l'armée israélienne en 1967, s'aventurait notamment dans les quartiers musulmans de la vieille ville.

Le nouveau premier ministre israélien a déclaré par le passé que le gouvernement ne devait pas tolérer les ballons incendiaires et devait riposter comme il le ferait si le Hamas avait tiré des roquettes sur Israël.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !