•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney nie avoir appuyé une interdiction du niqab

Jason Kenney en conférence de presse.

Jason Kenney a dit qu'il n'avait pas pris certaines positions controversées dans le passé, alors qu'il était ministre fédéral.

Photo : Radio-Canada

Jason Kenney affirme qu’il n’a jamais appuyé une interdiction du niqab quand il était ministre fédéral dans le gouvernement de Stephen Harper. Il est pourtant celui qui les a interdites lors des cérémonies de citoyenneté, en 2011. Le premier ministre albertain participait à la conférence des premiers ministre de l'Ouest et du Nord qui a eu lieu en ligne.

Ses commentaires surviennent à la suite de l’attaque contre une famille musulmane en Ontario et des excuses du député conservateur fédéral Tim Uppal, un collègue de Jason Kenney à l'époque où il siégeait au gouvernement fédéral.

Tim Uppal s’est excusé d’avoir appuyé les « politiques culturelles divisives » de son chef, Stephen Harper, lorsqu’il était au pouvoir. Sa collègue Michelle Rempel Garner a fait de même, qualifiant son silence d’un des plus grands regrets de sa carrière publique.

Questionné à ce sujet lors de la rencontre des premiers ministres, mardi, Jason Kenney a nié le fait qu'il a appuyé une interdiction du niqab.

Je n’ai jamais appuyé d'interdiction, au contraire.

Une citation de :Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta et ex-ministre fédéral

J'ai toujours dit que le Canada est un pays qui respecte et protège la liberté de religion. Le gouvernement n'a pas d'affaire à réglementer ce que portent les gens, s'est-il défendu.

Jason Kenney a ensuite donné une liste de positions qu’il dit avoir prises à la défense du port de signes religieux. Mon dossier à ce sujet ne pourrait pas être plus clair, a-t-il affirmé.

Les drapeaux du Canada, des provinces de l'Ouest et du Nord.

Le Nunavut est l'hôte de la conférence qui a lieu virtuellement cette année. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Pourtant, en 2011 quand Jason Kenney était ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, il avait annoncé que le port du niqab et de la burqa serait interdit aux cérémonies de citoyenneté au Canada, affirmant également qu’il serait raisonnable de forcer les Canadiennes voilées à montrer leur visage pour voter.

La Saskatchewan appuierait des négociations constitutionnelles sur la péréquation

Seule la Saskatchewan appuierait des négociations constitutionnelles sur le principe de la péréquation, si les Albertains votent pour retirer la clause à ce sujet de la Constitution canadienne au référendum du 18 octobre prochain.

Interpellés directement deux fois à ce sujet lors de la conférence de presse des premiers ministres de l'Ouest, ceux de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Yukon, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest sont restés silencieux.

Selon Jason Kenney, le but de ce référendum est de forcer Ottawa à négocier de bonne foi les transferts de la péréquation. Pour faire une modification à la Constitution à ce sujet, cependant, il faut qu’une majorité de provinces et de Canadiens l’appuient.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !