•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux paralympiques : un camp d'entraînement important pour l'Acadienne Kamylle Frenette

L'athlète de Dieppe est en Espagne pour se préparer en prévision des Jeux paralympiques.

Jeune femme souriante, sur un vélo.

Kamylle Frenette est heureuse de renouer avec l'équipe canadienne de paratriathlon.

Photo : Triathlon Canada

François Le Blanc

Kamylle Frenette redouble d'ardeur ces jours-ci. L'athlète acadienne est à Málaga, en Espagne, pour un camp d'entraînement de paratriathlon.

C'est une étape importante en prévision des Jeux paralympiques de Tokyo.

On s'entraîne fort! lance Kamylle Frenette. Beaucoup de natation, de course, de vélo et d'entraînement au gymnase.

Jeune femme en vélo sur une route.

Ce camp, pour Kamylle Frenette, est l'occasion de peaufiner les derniers détails de sa préparation.

Photo : Triathlon Canada

C'est dans un décor enchanteur, à Málaga, dans le sud de l'Espagne, que la première partie du camp se déroule.

On est entouré par l'océan, il y a les palmiers. C'est super beau et il fait très chaud, décrit-elle. On dirait que ça fait tellement longtemps qu'on n’a pas vu ça. Quand je suis sortie de l'avion et que j'ai vu des palmiers, j'ai dit « oh my god »!

Kamylle Frenette à l'arrivée

Kamylle Frenette lors d'une compétition en Australie.

Photo : Lauren Babineau

Expérimentée, l'ancienne capitaine de l'équipe de cross-country des Aigles Bleues de l'Université de Moncton est loin de se laisser distraire par le décor enchanteur. Son objectif reste le même : se qualifier pour Tokyo.

C'est une motivation, c'est tellement cool d'être ici. Quand on va en vélo ou en courant, on voit tellement de choses, au loin.

Une citation de :Kamylle Frenette

Kamylle Frenette parle des paysages, mais, au fond, c'est une image, une métaphore pour parler de son objectif.

Elle a fait beaucoup de travail. Mais, il lui reste à se qualifier.

Entraînement rigoureux

Kamylle Frenette court aux côtés d'une athlète américaine en compétition.

Kamylle Frenette en compétition à la Coupe du Monde de paratriathlon 2018 à Lausanne.

Photo : Gracieuseté/Kamylle Frenette

L'équipe canadienne de paratriathlon est arrivée jeudi en Espagne. Il y a de multiples séances d'entraînement jusqu'au week-end. C'est plus qu'une simple mise au point pour une compétition majeure.

On a un plan spécifique. Par exemple, on a passé une heure à pratiquer les transitions : sortir de l'eau, mettre nos souliers de course, etc. On a travaillé sur la technique de natation, car on nage dans une piscine et dans la mer. C'est très différent, mais c'est là qu'on va nager pour les compétitions, explique-t-elle.

Elle se réjouit d'être réunie avec ses coéquipiers et de retrouver son entraîneuse qui vit en Colombie-Britannique.

Kamylle Frenette s'entraîne dans un sentier automnal.

À l'entraînement, Kamylle Frenette doit suivre un plan précis, malgré la pandémie.

Photo : Gracieuseté/Kamylle Frenette

Pour conclure le camp, Kamylle Frenette se déplacera à La Corogne, dans le nord-ouest du pays, afin de participer à la Para Coupe mondiale de triathlon, qui aura lieu dimanche.

Il s'agira de sa première compétition depuis les championnats mondiaux, à Lausanne, en septembre 2019.

Je suis 4e au monde, explique-t-elle. C'est important de continuer à bien me placer dans les compétitions.

Cette course lui permettra aussi d'évaluer les progrès faits en deux ans. En 2019, son point faible était la natation.

La pandémie a compliqué bien des choses pour les athlètes d'élite, comme Kamylle.

J'ai essayé de ne pas trop m'arrêter, mais il y avait des défis. La nage a été un peu plus difficile. Les piscines n'étaient pas ouvertes et l'hiver, il n'y avait pas de lac, dit-elle en souriant sur cette dernière évidence. J'ai pu courir et faire du vélo pendant toute la pandémie.

Kamylle Frenette et son père Michel Frenette

Avec son père, Michel Frenette. L'entourage de Kamylle a été très important depuis le début de sa carrière d'athlète.

Photo : Radio-Canada

J'ai vraiment eu un bon système autour de moi. On utilisait notre imagination et on essayait de trouver des façons. Oui, il y avait des moments difficiles, c'était long, c'était tannant. Mais, quand je regarde tout ça, c'était beau à voir, tout ce monde qui se mettait ensemble pour trouver des manières de m'entraîner.

Une citation de :Kamylle Frenette

Après l'Espagne, la triathlonienne s'envolera vers le Wisconsin où se tiendra la dernière épreuve de qualification avant les Jeux paralympiques. Elle saura au début du mois de juillet si son rêve se réalisera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

00