•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gardes forestiers tentent de capturer un ours à Grande-Anse, mais sans succès

Une cage à ours

Vendredi, un garde forestier a installé une première cage à ours, avenue du Portage, à Grande-Anse.

Photo : Lucie Thériault

Les gardes forestiers mettent les bouchées doubles pour tenter de capturer un (ou des) ours qui semble rusé comme un renard.

Une cage à ours avec des appâts a été installée vendredi, avenue du Portage. Mais elle n'a permis de capturer qu'un raton laveur jusqu'à maintenant.

Un raton laveur

Ce raton laveur, dans une cage à ours, semble se demander ce qu'il vient de lui arriver.

Photo : Lucie Thériault

Le raton laveur, qui semblait perplexe de se retrouver dans une telle situation, a été retourné en forêt en toute sécurité.

Un porte-parole du ministère des Ressources naturelles confirme qu'une deuxième cage à ours vient d'être installée dans le village de Grande-Anse, sans pouvoir en révéler l'emplacement.

Des témoins indiquent qu'elle a été installée du côté de la mer, au nord de la principale artère du village, la rue Acadie. Cette stratégie pourrait s'expliquer par la présence de l'animal non loin du quai, une première selon plusieurs voisins.

Un spectacle étonnant

Carmelle Fournier, à la retraite, est bien heureuse d'avoir pu acheter une maison, rue Portuaire, pour revenir dans le village de son enfance après toutes ces années passées près de Toronto. Elle a une vue imprenable sur le quai et ne se lasse pas des levers de soleil et des bateaux qui reviennent de la pêche au homard.

Toutefois, le spectacle auquel elle a assisté lundi soir l'a beaucoup étonné.

Tout d'un coup, mon voisin me dit qu'il y a un ours dans ma cour. J'ai répondu bien voyons!

Une citation de :Carmelle Fournier, résidente de l'avenue Portuaire à Grande-Anse

On était en train de souper chez le voisin, relate-t-elle. Comme de raison, l'ours était bel et bien là en train de démolir ma mangeoire pour colibris. Il s'est même planté sur ses deux pieds pour regarder par la fenêtre dans ma salle à manger.

Carmelle Fournier

En quittant la banlieue de Toronto pour revenir à Grande-Anse, Carmelle Fournier ne s'attendait pas à voir un ours près de sa maison, tout près du quai.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Elle estime que l'animal est resté tout près de sa résidence une bonne dizaine de minutes.

Il n'était pas nerveux, assure-t-elle. Il semblait être très bien. Mon voisin, ses parents ont eu ce chalet pendant plusieurs années. Il m'a dit qu'il n'avait jamais vu ça.

Pas très discret

Si l'ours joue au plus malin avec les autorités qui peinent à le capturer, il n'est pas pour autant discret. Le nombre de témoins grandit de jour en jour.

Lundi, Nicole Hébert et son conjoint ont aussi vu l'ours, qui semble apprécier le bord de mer.

Nicole Hébert

Nicole Hébert ne comprend pas que des ours puissent se retrouver si près de la mer.

Photo : Radio-Canada / René Landry

On est allé faire un tour au quai, dit-elle. Quand on revenait, on a croisé une voiture et le conducteur nous faisait signe de regarder à côté. Puis, on a vu l'ours tout près de la maison de Carmelle Fournier.

Ce sont des choses qu'on n'aime pas vraiment, en plein coeur du village. C'est inhabituel.

Une citation de :Nicole Hébert, résidente de Grande-Anse.

Près d'une halte scolaire

Cette bête énigmatique qui continue de déjouer les autorités fait de plus en plus jaser à Grande-Anse. Elle a aussi été vue au cours des derniers jours tout près du salon funéraire, non loin de l'ancienne caisse populaire et dans la cour d'une halte scolaire.

Grande-Anse

La halte scolaire est voisine du salon funéraire, non loin de l'église.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Annie Vienneau tient chez elle une la halte scolaire Chez Nannie. Elle s'occupe de 7 enfants, âgés de 5 à 12 ans, au centre du village.

Lundi soir, en prenant mon café, je regarde dehors et je vois le gros nounours passer dans le fond de ma cour, raconte-t-elle. Je me suis dit que c'était peut-être le temps d'appeler les rangers.

On s'entend qu'une patte d'ours c'est un petit peu plus gros qu'un visage d'enfant.

Une citation de :Annie Vienneau, propriétaire d'une halte scolaire
Annie Vienneau

Annie Vienneau montre où elle a vu l'ours passer, derrière sa halte scolaire.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Elle ne cache pas qu'elle s'inquiète du phénomène.

Je me mets à la place des enfants, dit-elle. Là, il faut que je sois deux fois plus vigilante.

Des appels à la municipalité

La nouvelle mairesse de Grande-Anse, Thérèse Haché, mentionne qu'elle reçoit de plus en plus d'appels téléphoniques de résidents préoccupés.

Il pourrait y avoir plus qu'un ours.

Une citation de :Thérèse Haché, mairesse de Grande-Anse

Les gens qui voient des ours communiquent avec nous et on en fait part aux gardes forestiers, affirme-t-elle.

Cage à ours

La cage à ours installée avenue du Portage, à Grande-Anse

Photo : Lucie Thériault

Un des résidents qui lui a parlé du phénomène est son propre fils.

Ils étaient à leur roulotte, précise-t-elle. Ils ont entendu du bruit le matin. Ils ont ouvert la porte. L'ours se trouvait à la table, à l'extérieur, et fouillait dans la vaisselle. Puis, il est retourné au bois. C'est au nord de la rue Acadie, presque en face de l'ancienne caisse populaire, du côté de la mer.

La mairesse admet qu'elle ne s'attendait pas de devoir se préoccuper d'un tel « dossier » en début de mandat.

Non, pas du tout, insiste-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !