•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseiller Éric Tremblay contestera les manquements que lui reproche la CMQ 

Un homme avec un imperméable parle dans un parc pour enfants.

Le président de la Société historique de L'Anse-à-la-Croix et conseiller municipal de Saint-Félix-d'Otis, Éric Tremblay, est également propriétaire de Pol-Vin construction.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

Le président de la Société historique de L'Anse-à-la-Croix et conseiller municipal de Saint-Félix-d'Otis, Éric Tremblay, contestera les manquements au Code d'éthique et de déontologie des élus municipaux que lui reproche la Commission municipale du Québec (CMQ). L'audience devrait avoir lieu sous peu.

Les faits reprochés au conseiller municipal se sont produits au Camping de Saint-Félix-d'Otis et au Site de la Nouvelle-France, tous deux administrés par la Société historique de L’Anse-à-la-Croix.

Dans un avis à comparaître publié le 21 mai dernier, la Direction du contentieux et des enquêtes de la de la CMQ dresse la liste une vingtaine de manquements au Code d’éthique et de déontologie des élus. Selon la commission, Éric Tremblay a eu des intérêts dans des contrats et favorisé ses intérêts personnels puisque son  entreprise, Pol-Vin construction, a réalisé des travaux pour le compte de la Société historique.

Dans un article publié la semaine dernière par Radio-Canada, on apprenait que des contrats ont été octroyés à la compagnie dont Éric Tremblay est le principal actionnaire et que le président a aussi omis de déclarer son intérêt lors d’un vote concernant l’octroi d'un contrat.

Lors d’une entrevue réalisée mardi, Éric Tremblay a affirmé que tous les éléments qui lui sont reprochés sont liés à deux événements.

Dans le premier cas, il explique que son entreprise a fait des travaux d’une valeur de 7000 $ en réparant une unité électrique du Camping de Saint-Félix-d'Otis au printemps 2019. Éric Tremblay plaide qu'il ne savait pas que son entreprise avait obtenu ce contrat à l'époque.

J’ai un chargé de projet qui avait été mandaté chez moi pour venir voir, puis qui a fait faire les travaux d'urgence électrique pour remettre en service le problème qu'il y avait sur le camping. C'est l'expert en sinistre (de la compagnie d'assurance) qui nous a mandatés directement , a affirmé l’élu municipal.

Éric Tremblay dit avoir appris sur le tard que son entreprise avait obtenu le contrat et qu'il a même offert à la Commission municipale du Québec de rembourser le profit réalisé lors des travaux.

Dans le deuxième cas, l'entreprise Pol-Vin a réalisé pour 46 000 $ de travaux afin de réparer des balcons, des rampes et des escaliers sur le Site de la Nouvelle-France, lieu de tournage du film Robe noire. Éric Tremblay admet qu'il avait voté lors de la séance du conseil d'administration pour commander ces réparations urgentes au printemps 2019. 

Quand on a voté, ce n'était pas ma compagnie qu'on mandatait. Donc, j'avais le droit au vote comme tout le monde. Moi, j'ai voté qu'il fallait faire des travaux, parce que sinon, on n'était pas capable de faire une saison , a-t-il poursuivi.

Il ajoute que la présidente de l'époque et la directrice générale ont finalement fait appel à son entreprise parce qu'elles n'arrivaient pas à trouver un entrepreneur dans des délais aussi serrés.

Donc, j'ai passé des hommes pour faire des travaux, au prix coûtant à l'heure.

Une citation de :Éric Tremblay, conseiller municipal de Saint-Félix-d'Otis et président de la Société historique de L'Anse-à-la-Croix

La semaine dernière, le maire de Saint-Félix-d’Otis, Pierre Deslauriers, a jugé excessives les doléances de la CMQ à l’endroit du président de la Société historique de L’Anse-à-la-Croix. Selon lui, Éric Tremblay fait un excellent travail, mais aurait pu commettre une erreur de parcours. Il croit que des opposants à son administration tentent de la discréditer en véhiculant de telles informations.

Une audience sous peu

Porte-parole de la CMQ, Isabelle Rivoal précise que l’audience d'Éric Tremblay devrait avoir lieu sous peu. La citation datant du mois de mai, la responsable des communications s’attend à ce qu’un juge administratif soit désigné au cours des prochains jours. Elle ajoute que comme dans tout dossier à caractère juridique, Éric Tremblay aura droit à une défense pleine et entière et pourra donc, à sa guise, être représenté par un avocat.

Ça ne devrait pas tarder. Habituellement, on fait preuve de célérité.

Une citation de :Isabelle Rivoal, porte-parole, Commission municipale du Québec

Les audiences de la CMQ ont lieu en présence et de façon virtuelle. Elles sont publiques et accessibles par la plateforme Zoom lorsqu'elles se déroulent par vidéoconférence.

Avec Mélyssa Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !