•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de Linda O'Leary : l'accusée conduisait vite, selon un témoin

La collision entre deux bateaux a fait deux morts dans les Muskoka en août 2019.

Kevin O'Leary et Linda O'Leary posant l'un à côté de l'autre pour une photo.

Linda O'Leary en compagnie de son mari, l'homme d'affaires Kevin O'Leary.

Photo : Reuters / Danny Moloshok

Jean-Philippe Nadeau

Un témoin affirme au procès de Linda O'Leary que les lumières du bateau dans lequel deux personnes sont mortes en 2019 étaient bien allumées au moment de la collision avec l'embarcation de l'accusée. Mme O'Leary a plaidé non coupable à des accusations de conduite imprudente relativement à l'accident mortel sur le lac Joseph.

D'entrée de jeu, le Dr Richard Ruh affirme qu'il était en vacances à sa résidence secondaire des Muskoka trois jours avant l'accident.

Le médecin américain, qui vit près de Buffalo, y séjourne souvent avec sa famille et il est bon ami avec le Dr Irv Edwards, le propriétaire de l'embarcation accidentée des victimes.

Le Dr Ruh, qui témoigne par lien vidéo, se souvient qu'il avait été invité à souper chez le Dr Edwards le soir du 24 août 2019 avec une dizaine d'autres personnes avant que le groupe ne décide d'aller contempler les étoiles sur le lac Joseph.

Non, je n'avais pas bu ce soir-là, puisque je ne bois plus depuis 1979, se défend-il.

La marina de Hamer Bay.

La marina de Hamer Bay, dans la baie du même nom du lac Joseph, où deux bateaux sont entrés en collision vers 23 h 30 le 24 août 2019.

Photo : Radio-Canada / CBC / Robert Krbavac

L'Américain reconnaît volontiers qu'il a pris le volant du bateau à la demande du Dr Edwards pour amener une douzaine de passagers admirer le ciel étoilé. C'était un bateau moderne et je n'avais encore jamais conduit une pareille embarcation, ajoute-t-il.

Il assure qu'il connaît bien le lac Joseph et qu'il a une bonne vision nocturne. Nous nous sommes éloignés de la rive pour naviguer vers l'intérieur du lac afin d'éviter les reflets des lumières sur les berges et pour pouvoir mieux admirer les constellations, dit-il en soulignant qu'il faisait nuit noire.

Une illustration judiciaire du docteur Edwards.

Le Dr Irv Edwards est le propriétaire de l'embarcation que Linda O'Leary a percutée le soir du 24 août 2019 sur le lac Joseph dans les Muskoka.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Le Dr Ruh admet d'ailleurs que les lumières du Nautique 2016 étaient bien allumées avant et durant la collision. Il note notamment les signaux de navigation rouge et vert à tribord et à bâbord, les lumières blanches de l'habitacle et le phare de la poupe.

Il souligne que le réverbère sur l'île Emerald était aussi allumé à une centaine de mètres au loin pour prévenir les plaisanciers du contour de l'île et de l'ouverture du plan d'eau.

Collision mortelle

Le médecin précise qu'il a alors vu à travers le pare-brise un plus gros bateau, qui fonçait sur eux cinq secondes avant la collision.

Il filait à 35 km/h, il est sorti hors de l'eau lorsqu'il nous a éperonnés à l'avant du bateau avant de s'écraser sur les deux victimes assises à la proue, se souvient-il.

Il affirme avoir été projeté dans l'un des sièges, mais ne pas avoir été blessé. Il y a avait cinq blessés à bord, dont deux dans un état très grave, ajoute-t-il les larmes aux yeux.

Illustration judiciaire du juge Humphrey.

Le juge Richard Humphrey, de la Cour de justice de l'Ontario, préside les audiences, en personne, au palais de justice de Parry Sound.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Le Dr Ruh souligne qu'il a entendu les voix d'un couple provenant de l'autre bateau, mais qu'il ne se souvient plus ce qu'ils disaient à cause de la panique qui régnait à bord.

Je donnais le bouche-à-bouche à l'une des victimes, Suzanna Brito, pendant que l'on se dirigeait vers la rive, poursuit-il.

Il soutient que l'épouse du Dr Edwards a pris le volant et qu'elle conduisait vers Rocky Crest à une vitesse de 8 km/h, mais la défense de Mme O'Leary suggère plutôt, témoignage à l'appui, une vitesse de 24 km/h.

Les caméras de surveillance fixées sur le quai de la résidence des O'Leary montrent d'ailleurs le retour du bateau accidenté vers la terre ferme.

Oui, les deux signaux lumineux que l'on voit au loin sont bien ceux de notre embarcation, reconnaît le Dr Ruh.

Dialogue de sourds

Durant son contre-interrogatoire, le médecin a persisté à dire que les signaux de navigation de l'embarcation du Dr Edwards étaient tous allumés avant, pendant et après la collision.

L'avocat de la défense, Brian Greenspan, allègue qu'il a tort et que les vidéos des caméras de surveillance de la propriété des O'Leary prouvent qu'elles étaient éteintes juste avant la collision avant qu'elles ne soient rallumées après l'accident.

C'est vous qui faites erreur, lui a répliqué le Dr Ruh du tac au tac.

L'Américain dit en revanche qu'il ignorait tout des conclusions du rapport d'enquête qui a indiqué que la collision s'était notamment produite parce que le Nautique 2016 ne possédait pas de lumières appropriées, selon le code maritime.

Une illustration judiciaire du Dr Edwards, de la Couronne et de la défense.

Le Dr Edwards, le procureur de la Couronne, Samir Adam, et l'avocat de la défense, Brian Greenspan, lors du premier jour d'audience lundi.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Le Dr Ruh reconnaît par ailleurs qu'il a été condamné en septembre par contumace à payer une amende de 180 $ après l'enquête, parce que le feu de poupe du bateau du Dr Edwards était défectueux cette nuit-là.

Il explique qu'il n'a pas voulu revenir au Canada pour plaider coupable sur le conseil de son avocat. Il dit en outre ignorer avoir été condamné et précise que les documents de cour qu'on lui montre à l'écran expliquent que le juge avait la discrétion de le condamner ou non.

Je n'ai donc ni été condamné, ni plaidé coupable, j'ai seulement payé l'amende, dit-il. Me Greenspan assure qu'il a toutefois été bien été condamné, puisqu'il a payé une amende.

La Couronne compte appeler deux autres témoins mercredi par vidéoconférence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !