•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déplacements au Nouveau-Brunswick : des assouplissements dès mercredi

Pont avec le paysage du Nouveau-Brunswick de l'autre côté de la rivière Ristigouche.

Le pont J.-C.-Van Horne relie le Québec au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Avec un peu plus d’une semaine de retard, le Nouveau-Brunswick entamera dès minuit la première phase de son plan de déconfinement ; des allégements entreront en vigueur pour une partie de la population désirant se rendre dans la province voisine.

Dès mercredi, les citoyens des MRC Avignon, en Gaspésie, et de Témiscouata, au Bas-Saint-Laurent, pourront notamment se rendre au Nouveau-Brunswick sans s'isoler ou passer de test de dépistage pour détecter le virus de la COVID-19. Les résidents des régions frontalières devront tout de même continuer de s'enregistrer en ligne avant de traverser la frontière.

Selon le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold, cette annonce permettra aux membres d'une même famille jusqu'ici séparés par les restrictions sanitaires de se retrouver. C'est vraiment très satisfaisant, commente le maire.

Ces familles étaient nombreuses à ne plus pouvoir se réunir, rappelle-t-il. Moi-même, je vais être capable d'aller voir ma mère, qui est à Dalhousie, se réjouit M. Bujold.

Le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold,

Le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold, accueille très favorablement les assouplissements annoncés par le gouvernement Higgs.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le maire de Pointe-à-la-Croix rappelle néanmoins que la partie n'est pas nécessairement gagnée. On va patienter pour voir comment ça va se dérouler, pour être certain qu'il n'y ait pas d'éclosions et qu'on crie victoire trop vite, nuance l'élu.

Cette première phase de déconfinement était à l'origine prévue pour le 7 juin. Or, l'objectif d'administrer une première dose du vaccin contre la COVID-19 à au moins 75 % de la population de 12 ans et plus de la province n'a été atteint que tout récemment, ce qui a contribué à repousser l'application des assouplissements.

Une deuxième étape très bientôt

Alors que le gouvernement de Blaine Higgs prévoyait lancer la deuxième étape du déconfinement le 1er juillet, il a changé son fusil d'épaule.

En conférence de presse mardi après-midi, le premier ministre du Nouveau-Brunswick a annoncé qu'elle s'amorcera dès que 20 % des 65 ans et plus de la province auront reçu une deuxième dose de vaccin. Selon lui, cela pourrait avoir lieu dans quelques jours, peut-être même dans quelques heures, car 18 % des aînés néo-brunswickois ont, à ce jour, complété leur vaccination avec les deux doses.

Lors de cette deuxième phase de déconfinement, les visiteurs résidant dans les MRC Avignon et de Témiscouata n'auront plus à s'enregistrer pour voyager au Nouveau-Brunswick.

Pour le préfet de la MRC Avignon, Mathieu Lapointe, cela signifiera en quelque sorte la reprise des relations sociales et économiques entre les différentes communautés de l'ouest du territoire et le Restigouche, au Nouveau-Brunswick.

Ça a été difficile, dans les derniers mois. [La pandémie] a créé des tensions entre les communautés. On espère que ces tensions-là vont s'amenuiser et qu'on va revenir, un peu plus, à la normale, fait valoir le préfet.

Mathieu Lapointe

Le maire de Carleton-sur-Mer et préfet de la MRC Avignon, Mathieu Lapointe (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Cette seconde étape du plan permettra aussi à tous les Canadiens ayant reçu une première dose de vaccin d'entrer au Nouveau-Brunswick. S'arrêter pour dormir en sol néo-brunswickois sera alors possible pour les Madelinots et les touristes en transit entre l'archipel et le Québec continental, ce qui rendra le trajet plus sécuritaire pour les voyageurs.

Cette nouvelle réjouit le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, puisque les gens vont pouvoir converger vers les Iles ou vers le Québec continental, avec l'assurance qu'ils vont pouvoir arrêter se reposer, comme il se doit, sur la route [...].

Je pense qu'on commence à retrouver un équilibre.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine
Un homme parle devant le fleurdelisé.

Le député des Îles-de-la-Madeleine pour le Parti québécois, Joël Arseneau, revendique depuis longtemps des assouplissements afin que les voyageurs transigeant entre l'archipel et le continent puissent le faire de façon sécuritaire.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Déception face à l'annonce de l'Île-du-Prince-Édouard

Le député Arseneau se dit toutefois déçu du déconfinement annoncé par l'Île-du-Prince-Édouard. La province acceptera la venue des Madelinots à partir du 23 juin, pour des raisons essentielles seulement, puis à partir du 27 juin pour des voyage d'agrément. Ils devront toutefois présenter une preuve de vaccination et présenter un test de dépistage négatif effectué 72 heures avant d'entrer dans la province.

Pour les Madelinots, la nouvelle d’une ouverture avec l’exigence de faire un test, ça devient, à toute fin pratique, inutile parce que la condition qui est imposée est beaucoup trop complexe à administrer sur le plan individuel et collectif, indique Joël Arseneau en rappelant que les tests de dépistage sont réservés à ceux qui ont des symptômes, et non offert de façon préventive.

Pour la saison touristique, la bonne nouvelle c’est celle annoncée par le Nouveau-Brunswick, autant pour les Québécois que pour les Madelinots.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Joël Arseneau ignore si des exceptions pourraient être mises en place pour autoriser les Madelinots qui aimeraient se rendre à l’Île-du-Prince-Édouard à subir un test de dépistage de façon préventive.

Avec les informations d'Isabelle Larose et de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !