•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des frontières Québec/Ontario : « enfin », disent les commerçants du Témiscamingue

Une affiche lumineuse du MTQ indique «COVID-19 vous entrez au Québec».

Une affiche rappelle aux automobilistes qu'ils traversent les lignes québécoises.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Tanya Neveu

La réouverture de la frontière avec l’Ontario, prévue mercredi, est accueillie avec optimisme dans la région.

Plusieurs entreprises, notamment les pourvoiries, ont énormément souffert de l’absence d’une clientèle ontarienne au cours des derniers mois.

Le président de l’Association régionale des pourvoiries, Yves Bouthillette, ne cache pas son amertume envers les décisions du gouvernement. Il affirme que même si les frontières étaient fermées, les résidents ontariens étaient omniprésents au Témiscamingue, sauf dans les pourvoiries.

Je rencontre plus de plaques [d'immatriculation] de l’Ontario que de plaques du Québec. On se demande qui de l’Ontario n’a pas le droit de venir au Québec. On pense même qu’il y a à peu près juste les clients de pourvoirie qui sont arrêtés sur le pont [à Témiscaming], déplore-t-il.

Les pourvoiries vivent une deuxième saison touristique difficile. En temps normal, la majorité de leur clientèle provient de l’extérieur de la région. Les mois de mai et juin peuvent représenter jusqu’à 70 % des revenus d’une pourvoirie, selon Yves Bouthillette. Il affirme que certaines d’entre elles ne survivront pas à la crise sanitaire.

C’est certain qu’il y en a qui ne survivront pas. Chose certaine, c’est qu’il y en a qui vont prendre 3, 4, 5 ans avant de se remettre de ça. C’est beaucoup de frustration, je pense qu’il y en a beaucoup qui vont abandonner le business, croit Yves Bouthillette.

Des restaurants québécois à quelques kilomètres des frontières ontariennes

À Notre-Dame-du-Nord, la frontière avec le Temiskaming ontarien est de quelques kilomètres à peine. Les restaurateurs voient d’un bon œil cette réouverture, même s’ils affirment que la clientèle de la région a été très solidaire au cours des dernières semaines. Les clients ontariens représentent environ 40 % de la clientèle.

On est bien content, parce qu’on a une grosse clientèle qui vient de New Liskeard, Earlton, Englehart, Haileybury. On a hâte de les voir, parce qu’eux autres avaient leur petite routine de venir la fin de semaine ou déjeuner le matin, se réjouit la propriétaire du Rendez-vous des Quinze, Réjeanne Manseau.

Une femme sourit à la caméra, à côté d'un poêle à bois.

Réjeanne Manseau est propriétaire du Restaurant Rendez-vous des Quinze à Notre-Dame-du-Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Tourisme Abitibi-Témiscamingue affirme qu’il s’agit d’une excellente nouvelle pour la région et surtout pour les pourvoyeurs qui ont souffert de la pandémie.

On l’attendait puis on l’accueille très bien, surtout pour les pourvoyeurs du Témiscamingue qui ont beaucoup souffert. L’ouverture de l’Ontario va sûrement aider. On a une clientèle ontarienne naturelle qui vient chez nous. C’est vraiment de l’économie qui arrive chez nous aussi, croit la directrice générale de TAT, Randa Napky.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !