•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers ministres de l’Ouest et du Nord veulent rouvrir les frontières

Une voiture tirant une caravane tente de dépasser un camion-remorque.

Les premiers ministres souhaitent la reprise des voyages à l'étranger et entre provinces. (archives)

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Alexia Bille

La reprise économique, la réouverture des frontières, la reprise des voyages à l'étranger et entre provinces ainsi que la réconciliation avec les Autochtones ont été quelques-uns des principaux thèmes abordés par les premiers ministres lors de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest et du Nord, qui s'est déroulée mardi.

La réconciliation

Après la découverte de restes d'enfants autochtones à Kamloops, en Colombie-Britannique, qui a fait resurgir dans l'actualité l'horreur vécue dans les pensionnats autochtones, les premiers ministres de l’Ouest et du Nord du pays reconnaissent qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour faire avancer la réconciliation partout au Canada. Ils s'engagent à écouter, à apprendre et à soutenir de manière significative le processus de guérison avec les Premières Nations.

Nous ne devons pas attendre que nos juridictions deviennent des scènes de crime avant d’agir.

Une citation de :Sandy Silver, premier ministre du Yukon

Ils se sont accordés sur le fait que les procédures de recherche de restes d’enfants dans les anciens pensionnats autochtones doivent être dirigées par les Autochtones eux-mêmes.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a également mentionné un soutien de plusieurs millions de dollars qui sera annoncé dans les prochains jours. Il permettra d’aider les Autochtones de l’Alberta dans leur travail d’identification des restes anonymes. L’Alberta comptait le plus grand nombre de pensionnats autochtones au pays.

Ce soutien prendra la forme de subventions pour les organisations autochtones qui décideront de la meilleure approche à adopter sur ces questions sensibles.

La réouverture des frontières

Les premiers ministres ont par ailleurs insisté sur la nécessité de permettre aux Canadiens de recommencer à voyager.

Ils ont tous mentionné la nécessité économique d’une reprise des déplacements interprovinciaux et internationaux.

Les ordonnances de santé publique en vigueur dans les diverses provinces et à l’échelle fédérale seraient donc à revoir le plus tôt possible pour permettre un retour à un semblant de normalité. Cependant, les membres de la conférence ont insisté sur le besoin d’un plan sécuritaire pour ce faire.

Les premiers ministres albertain, britanno-colombien et saskatchewanais ont demandé une approche localisée pour la réouverture internationale. Cela impliquerait d’autoriser les déplacements en provenance et en direction de pays où la vaccination est avancée, et les cas de COVID-19, peu nombreux.

Jason Kenney espère pouvoir rouvrir la frontière américaine au début du mois de juillet, car sa fermeture nuit grandement à l'économie.

Son homologue de la Colombie-Britannique, John Horgan, espère que le gouvernement fédéral pourra présenter un plan de réouverture jeudi et s’est réjoui qu’Ottawa se soit adressé aux provinces pour obtenir des recommandations quant à la réouverture des frontières.

Les premiers ministres se sont tous accordés pour assujettir la réouverture des frontières interprovinciales au taux de vaccination de la population.

Les dépenses en santé

Les premiers ministres s’entendent aussi pour renouveler auprès du gouvernement fédéral des demandes de financement supplémentaire en matière de santé, au moment où la pandémie a eu pour effet d’augmenter les temps d’attente pour les services de diagnostic ainsi que pour les opérations chirurgicales.

Ils ont demandé un financement fédéral à long terme pour la santé, qui consisterait en une augmentation des montants du Transfert canadien en matière de santé. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait reconnu le besoin d’augmenter ce financement au mois de décembre dernier, promettant d’en discuter avec les premiers ministres provinciaux. Ceux-ci invitent maintenant M. Trudeau à tenir sa promesse et à ouvrir la discussion.

Même si on a des points de vue et des façons de voir les choses différents [...] cela n'a pas d'importance quand il s'agit de problèmes importants comme la COVID-19. C'est quand on travaille ensemble qu'on fait ce qu'il y a de mieux pour le Canada de l'Ouest.

Une citation de :Caroline Cochrane, première ministre des Territoires du Nord-Ouest

L’Alberta et la péréquation

Jason Kenney a défendu son projet de référendum sur la péréquation, une mesure injuste pour l’Alberta, selon lui. Nous voulons continuer à jouer notre rôle constructif de partenaires, mais nous voulons le faire de façon juste, a expliqué M. Kenney.

Le premier ministre albertain a ajouté que la province avait connu cinq années difficiles sur le plan économique, mais qu’elle avait tout de même dû participer à ce processus qui transfère de l’argent à des provinces dont les taux de chômage sont en baisse, et le rendement économique, en hausse.

Si les provinces veulent bénéficier de nos ressources, elles doivent nous laisser les développer, a-t-il déclaré, l'Alberta et la Colombie-Britannique ayant des opinions différentes dans le passé. notamment au sujet du projet d’agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Toutefois, les autres premiers ministres ont été peu loquaces sur un éventuel changement à la péréquation, qui demanderait des négociations constitutionnelles. Mis à part le premier ministre de la Saskatchewan qui l’a assuré de son appui, les autres sont restés plutôt discrets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !