•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de « solution miracle » pour l'accès aux vaccins, souligne Trudeau

Justin Trudeau.

Le premier ministre Trudeau a visité l'usine de Pfizer sise près de Bruxelles.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré qu'il n'y avait pas une seule « solution miracle » pour que des vaccins soient soudainement disponibles dans le monde.

S'exprimant à la suite d'un sommet avec les dirigeants européens, M. Trudeau a déclaré que la question des brevets sur les vaccins contre la COVID-19 était complexe, tout comme l'objectif plus large de vacciner tout le monde sur la planète en toute sécurité le plus rapidement possible.

Il ne s'agit pas simplement de trouver une seule solution miracle qui entraînera soudainement la découverte de vaccins partout dans le monde. Il y a des complexités qui doivent être résolues, a-t-il déclaré.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) est en pourparlers sur la possibilité de renoncer temporairement aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins. Ceux qui soutiennent la décision disent qu'en le faisant, il serait plus facile pour les pays en développement d'importer l'expertise, l'équipement et les ingrédients nécessaires pour fabriquer leurs propres vaccins contre la COVID-19.

Les dirigeants européens estiment qu'une meilleure solution est la licence obligatoire, c'est-à-dire l'autorisation par un gouvernement à ce que quelqu'un d'autre fabrique un produit protégé par un brevet sans la permission du propriétaire.

Nous partageons le même objectif. Nous voulons qu'en cas de crise comme celle de cette pandémie, les possibilités et les capacités de fabrication puissent être rapidement achetées dans une région qui n'est actuellement pas en mesure de produire, par exemple, des vaccins. Maintenant, la question est de savoir quelle est la meilleure approche, a déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Le gouvernement canadien a confirmé sa participation aux pourparlers de l'OMC sur la renonciation aux brevets sur les vaccins, mais après avoir été interrogé à plusieurs reprises, M. Trudeau n'a pas encore dit quelle était la position du Canada sur la question.

Discussions toujours en cours sur le passeport vaccinal

M. Trudeau et ses homologues européens ont été questionnés sur l'imposition d'un éventuel passeport vaccinal entre le Canada et le Vieux Continent.

Les différents leaders ont cependant indiqué que les discussions à ce sujet se poursuivaient, sans qu'un échéancier soit clair dans ce dossier.

Les pays européens ont déjà fait savoir qu'un mécanisme de certification vaccinale doit être implanté d'ici le mois de juillet sur l'ensemble du territoire.

Le Canada a « adhéré » au principe du passeport vaccinal, mais le gouvernement fédéral n'a pas encore annoncé de normes en ce sens.

Avec les informations de Louis Blouin

M. Trudeau est en Europe depuis la semaine dernière pour assister à différentes réunions avec les dirigeants du G7 et de l'OTAN.

Il passe le dernier jour de son premier voyage international en plus d'un an à visiter une usine qui a joué un rôle central dans le déploiement précoce du vaccin contre la COVID-19 au Canada.

M. Trudeau a visité mardi une usine de fabrication située à Puurs, en Belgique, où l'approvisionnement du Canada en vaccins de Pfizer-BioNTech était produit jusqu'à ce que les États-Unis commencent à expédier des doses au début du mois dernier.

Environ 11 millions de vaccins produits dans l'installation ont été expédiés au Canada.

La campagne canadienne de vaccination avait été perturbée, en début d'année, quand un ralentissement de la production en Belgique avait fait dérailler le calendrier de livraisons.

Cette semaine seulement, le Canada doit recevoir 2,4 millions de doses du vaccin produit par Pfizer-BioNTech, qui livre d'importantes quantités de doses chaque semaine depuis la mi-mars.

Plus tard mardi, le premier ministre doit rentrer au pays, où il va entreprendre une quarantaine de 14 jours, a confirmé son cabinet. Justin Trudeau ira d'abord dans un hôtel d'Ottawa jusqu'à ce qu'il reçoive un résultat de test de dépistage négatif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !