•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cliniques de vétérinaires débordées en Mauricie

Dr Alexandre Burelle qui tient un chien dans ses mains.

Le reportage d'Élyse Allard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Mauricie n'échappe pas à la pénurie de vétérinaires qui frappe la province. Les cliniques peinent à répondre à la demande. Durant le confinement, de nombreuses familles ont décidé d’adopter un animal et il manque de vétérinaires pour les soigner.

Selon l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec, 90 % de ses membres considèrent qu'il y a une pénurie de vétérinaires au Québec.

Plusieurs facteurs expliqueraient cette situation, selon l'Ordre. D'une part, les universités n'arrivent pas à former suffisamment de médecins vétérinaires pour pallier la demande. D'autre part, une récente étude démontre que la moitié de ceux qui pratiquent la profession au Québec la quittent dans les 5 à 15 années suivant leur graduation.

La Dre Marie-Pier Binette (à droite) et son assistante qui tiennent une chat dans leurs mains.

La Dre Marie-Pier Binette (à droite) traite un chat à sa clinique.

Photo : Radio-Canada

La Dre Marie-Pier Binette tient à bout de bras une clinique vétérinaire à Trois-Rivières depuis six ans. Dans les dernières années, elle a remarqué une forte hausse de la demande pour ses services. Le phénomène s’est accentué durant le confinement, période au cours de laquelle plusieurs ont pris la décision d’accueillir un animal à la maison. Selon la vétérinaire, les déménagements en Mauricie ont aussi augmenté le nombre de propriétaires de petits animaux dans la région.

Pour la première fois de sa carrière, la Dr Binette doit refuser des clients. Avant, c'était très très rare qu'on devait refuser des cas, les rediriger à une autre clinique, maintenant, c'est presque sur une base quotidienne , dit-elle.

Dre Marie-Pier Binette au micro de Radio-Canada dans la clinique.

Dre Marie-Pier Binette, de la Clinique vétérinaire Centre-Ville, à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Ici, on pourrait facilement prendre un ou deux vétérinaires de plus, ajoute la vétérinaire.

Le Dr Alexandre Burelle, qui pratique aussi à Trois-Rivières, constate que des clients ont eu à attendre de 15 à 17h avant de voir un vétérinaire, un peu comme doivent le faire les patients qui se rendent à l’urgence.

C'est une situation qui est assez exceptionnelle. Moi, je n'ai jamais vu ça depuis que je pratique, affirme le vétérinaire qui a gradué en 2008.

Dr Alexandre Burelle au micro de Radio-Canada dans la clinique.

Dr Alexandre Burelle, vétérinaire et directeur médical à l'Hôpital vétérinaire Les Rivières, à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Il n'est pas rare que le Dr Burelle doive référer des cas à d'autres vétérinaires, surtout si les clients n'ont pas de dossier à son hôpital.

Des solutions et des précautions à prendre

L'Ordre des médecins vétérinaires du Québec propose quelques pistes de solutions, notamment de former davantage d'étudiants, d’admettre plus de vétérinaires étrangers et de déléguer des actes professionnels aux techniciens en santé animale.

L'Ordre suggère également à ceux qui envisagent d'adopter un animal de se trouver un vétérinaire avant même d'accueillir le nouveau membre de la famille à la maison.

D’après le reportage d’Élyse Allard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !