•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une motion pour dénoncer l'islamophobie à London

Façade d'un bâtiment pris en contre-plongée.

La motion a été adoptée 9 jours après l'attaque qui a tué la famille Afzaal. (Archives)

Photo : CBC/Chris Ensing

Radio-Canada

Les conseillers municipaux de London, en Ontario, ont adopté à l'unanimité mardi une motion qui dénonce l'islamophobie.

La motion a été adoptée 9 jours après l'attaque qui a tué la famille Afzaal.

Tous les 15 conseillers municipaux présents ont voté en faveur de la motion qui demande, notamment, que la Ville s'entende avec la communauté musulmane pour déterminer une manière appropriée de se souvenir des victimes de l'attaque et de les honorer.

Selon Mohamed Salih, le conseiller du quartier 3 qui a déposé la motion, il s'agit pour le conseil municipal de dénoncer dans les termes les plus forts l'islamophobie et de s'engager à y mettre un terme ainsi qu'à la haine. Reconnaître l'existence de l'islamophobie dans la ville de London, a-t-il indiqué durant la rencontre.

Nous devons faire face à la réalité. Plusieurs résidents musulmans de London qui aiment leur ville n'ont pas souvent reçu de l'amour en retour, simplement parce qu'ils existent, simplement parce qu'ils sont musulmans.

Une citation de :Mohamed Salih, conseiller du quartier 3 de London

C'est avec la voix empreinte d'émotion que M. Salih a indiqué que l'islamophobie était réelle à London et que de nombreux témoignages d'actes de haine subis par des résidents musulmans le démontraient clairement.

Il a regretté le fait que certains continuent à nier que le phénomène existe.

Un mal enraciné

La motion propose que l'administration municipale travaille avec la communauté musulmane locale et rende compte des résultats, notamment des besoins de financement de certaines initiatives.

Ce sont des engagements nécessaires, selon M. Salih, pour mettre un terme à un mal enraciné dans l'Histoire de la ville.

À London nous avons un véritable problème. Le racisme existait à London bien avant 1826 [date de la fondation de London]. Le suprémacisme blanc, le racisme et l'islamophobie tuent, explique-t-il.

La conseillère Arielle Kayabaga, qui a appuyé la motion, a déclaré que le conseil municipal travaillera avec la communauté musulmane pour la soutenir et mettre un terme à l'islamophobie.

Ce n'est pas une situation unique qui s'est produite et nous savons que nous avons connu divers problèmes dans notre ville en matière de racisme. Cette motion spécifique vise à s'attaquer vraiment à l'islamophobie, indique-t-elle.

Les quatre victimes mortes dans l'attaque posaient il y a quelque temps pour une photo de famille dans un parc.

De gauche à droite, les 4 victimes tuées dans l'attaque de dimanche à London : Yumna Afzaal, 15 ans, sa mère, Madiha Salman, 44 ans, sa grand-mère paternelle, Talat Afzaal, 74 ans, et son père, Salman Afzaal, 46 ans.

Photo : Photo fournie par la famille Afzaal

Un amendement ajouté par le maire Ed Holder et le maire adjoint Josh Morgan a été également adopté à l'unanimité.

Il engage le conseil municipal à soutenir l'appel à un sommet d'action national sur l'islamophobie et à se tenir prêt à participer à tout sommet ou tout effort intergouvernemental visant à démanteler toutes formes d'islamophobie.

Les quatre membres de la famille Afzaal sont morts après avoir été percutés par une camionnette alors qu'ils se promenaient dans le secteur des chemins Hyde Park et Carriage Sud. Ils ont été enterrés samedi.

Le plus jeune membre de la famille, âgé de neuf ans, a reçu son congé de l'hôpital et devrait se rétablir complètement.

L'homme de 20 ans accusé de l'attaque fait face à quatre chefs d'accusation de meurtre au premier degré et à un chef d'accusation de tentative de meurtre.

Il fait aussi face à des procédures en lien avec le terrorisme en vertu du Code criminel.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !