•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme tuée à Québec : le suspect accusé de meurtre au 2e degré

Nathalie Piché a été victime d'un meurtre la nuit dernière dans le quartier Limoilou.

Le reportage d'Hadi Hassin

Photo : Facebook

Un homme de 33 ans a été accusé mardi après-midi du meurtre au deuxième degré de Nathalie Piché, cette femme dont le corps inanimé a été retrouvé à l’intérieur d’un logement du quartier Limoilou, à Québec.

Noureddine Mimouni a comparu par vidéoconférence devant le juge Steve Magnan, de la Cour du Québec. Il restera détenu au moins jusqu'à sa comparution pour remise en liberté le 29 juin.

L’accusé s'est présenté à la centrale du parc Victoria vers 4 h, mardi matin, afin de se livrer aux policiers. Il a été hospitalisé pour un choc nerveux avant d'être interrogé par des enquêteurs de l'Unité des crimes majeurs.

Un homme à la place du conducteur dans une voiture.

Noureddine Mimouni a été accusé de meurtre au deuxième degré de Nathalie Piché.

Photo : Facebook

Noureddine Mimouni demeure dans le même immeuble d’habitation de l’avenue Duval où le corps de Nathalie Piché, 55 ans, a été découvert. Selon le voisinage, Noureddine Mimouni était le conjoint de la victime.

Marques de violence

Les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) s’étaient rendus sur place après avoir reçu un appel pour une dispute conjugale vers 2 h.

À leur arrivée sur place, les policiers vont constater le corps inanimé d'une femme dans la cinquantaine qui porte des marques de violence. Malheureusement, la femme est décédée, souligne Sandra Dion, porte-parole du SPVQ.

Personne d'autre ne se trouvait dans le logement au moment de la macabre découverte. Il s'agit du premier meurtre de l'année à Québec et vraisemblablement du 13e féminicide en 2021 dans la province.

Un immeuble d'habitation.

Le corps de la femme a été retrouvé dans un immeuble d'habitation situé sur l'avenue Duval.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Noureddine Mimouni a déjà été visé par des accusations dans un autre dossier de violence conjugale, et ce, pour des événements remontant au mois de décembre 2020.

Les accusations ont été retirées en échange d’une promesse de ne pas importuner la plaignante.

Consternation dans le voisinage

C'était la consternation tôt mardi matin dans le secteur de Lairet, où est survenu le drame. Des voisins peinent à croire qu'un meurtre a été commis dans cet immeuble.

Résidant à quelques pas du logement, Isabelle Gagnon s'inquiète de constater qu'une autre Québécoise perd la vie dans une affaire de violence conjugale.

Des hommes transportent un corps enveloppé dans un drap vers une voiture appartenant à une entreprise de pompes funèbres à Québec.

Il s'agit vraisemblablement du 13e féminicide de l'année dans la province.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Il va falloir que ça finisse à un moment donné. Je ne sais pas si c'est parce qu'avant on n'en avait pas conscience. Somme toute, nous ne sommes pas maltraitées [la plupart des] femmes au Québec, mais on voit que le combat n'est pas gagné, déplore-t-elle.

C'est désolant, ça n'a pas d'allure. Je pense que le confinement joue pour beaucoup. Ceux qui sont prédisposés, la pandémie joue un rôle là-dedans.

Une citation de :Nicole Nadeau, résidente du secteur

On finissait [de travailler] à 22 h hier [lundi]. C'est un peu stressant de savoir que c'est arrivé juste à côté de chez moi, déplore pour sa part Marco, accompagné de sa conjointe, Amélie Desjardins.

Message aux hommes

Un autre homme rencontré dans le secteur souhaite pour sa part envoyer un message aux hommes pris de colère.

Va-t'en. Tu peux te chicaner, mais va prendre une marche, ça va passer. Ça coûte moins cher que ce qu'il va vivre et ce qu'il fait vivre [aux autres], souligne-t-il.

Une voiture de police sous la pluie.

Le drame est survenu vers 2 h la nuit dernière.

Photo : Radio-Canada / Steve Jolicoeur

Un poste de commandement du SPVQ a été mis en place près de la scène du crime. Le maître-chien, l’Unité d’identité judiciaire et des enquêteurs se sont rendus sur place pour faire la lumière sur les circonstances du meurtre.

Cet événement survient une semaine après le 12e féminicide en sol québécois.

Un autre drame est survenu dans le quartier Limoilou il y a quelques semaines à peine. Un homme de 74 ans a tenté de tuer sa conjointe de 65 ans à l'arme blanche sur la rue de la Sapinière-Dorion Est. La femme a survécu, mais l'homme a succombé à ses blessures.

Avec la collaboration de Pascal Poinlane, Hadi Hassin et Pierre-Alexandre Bolduc

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.