•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan pour redynamiser la rue Saint-Denis

Un cycliste sur une piste cyclable.

Un cycliste sur la rue Saint-Denis

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le plan de relance de la rue Saint-Denis a été lancé officiellement lundi par une nouvelle campagne promotionnelle visant à redynamiser la célèbre rue montréalaise, dont le visage a changé avec l’arrivée du Réseau Express Vélo (REV).

La Société de développement commercial (SDC) rue Saint-Denis, ses commerçants, la Ville de Montréal et l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal se sont associés pour élaborer ce plan.

L'arrondissement du Plateau-Mont-Royal et la Ville de Montréal avaient lancé l’été dernier des consultations pour concrétiser ce plan, doté d’un budget de 1,2 million de dollars et qui s’étalera sur plusieurs années.

Le plan se décline en cinq volets : rayonnement et attractivité de l'artère, les événements et l'animation, les projets structurants, du soutien aux commerçants et de l'aide aux entreprises performantes.

Après une période difficile avec la pandémie et les chantiers, les commerçants de la rue espèrent retrouver leur clientèle.

Jacinthe Pilote, qui vient d'ouvrir sa boutique dans un local qui était vacant depuis plusieurs années, voulait que les clients puissent voir en vrai ses affiches, ses cartes et autres livres pour enfants.

À un certain moment, la vente en ligne a ses limites.

Une citation de :Jacinthe Pilote, directrice de création Paperole

Beaucoup de locaux vides, c'est jamais bon pour les commerçants, pis je pense que quand un local se remplit, il peut se produire un effet d'entraînement, soutient-elle.

Mme Pilote fait partie des 15 nouveaux venus en 2021 sur la rue, où 23 % des locaux sont encore vacants. En 2019, 19 % des locaux étaient vides.

Pancarte « À louer » sur un balcon

Une vue de la rue Saint-Denis

Photo : Radio-Canada

En fin de semaine, il y avait 7000 personnes par jour, a indiqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en conférence de presse. Avant le REV, ils étaient environ 500 personnes. Cependant, une question se pose : ces Montréalais sur la piste cyclable sont-ils autant de clients potentiels?

À la Brûlerie Saint-Denis, l'effet REV ne se fait pas encore sentir.

Je vois que les cyclistes, ils viennent de quelque part, pis ils s'en vont quelque part. Donc, ils ne s'arrêtent pas nécessairement sur la route, pis je pense que c'est ça l'idée d'une autoroute de vélos.

Une citation de :Line Guérin, directrice de la Brûlerie Saint-Denis

Mourad Fhal, propriétaire du restaurant L'évidence, garde un mauvais souvenir du chantier du REV.

J'étais le premier à faire une demande pour dévier la piste cyclable, se souvient-il.

Ça a mis quasiment la rue à terre, nous, on était même au point de fermer nos portes, explique-t-il.

M. Fhal voit déjà les clients revenir et avec eux l'espoir d'un bon été.

Beaucoup moins pessimiste, je suis vraiment optimiste maintenant, assure-t-il.

L’été dernier, les commerçants Opticien Laoun, Mycoboutique et Zone avaient mis en demeure l’administration Valérie Plante lors des travaux. Mais aucun d'entre eux n'a souhaité s'exprimer sur les impacts du REV.

Avec les informations de Mathieu Prost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !