•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver propose une nouvelle taxe sur le stationnement dans les rues résidentielles

Plan large d'une rue avec des véhicules stoppés aux feux de circulation.

La circulation peut être très dense au centre-ville de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

Vancouver veut encourager ses citoyens à acheter des véhicules plus propres et à privilégier le transport en commun. Pour ce faire, elle propose deux choix pour imposer des frais aux propriétaires qui stationnent leurs véhicules dans les rues résidentielles. Le tout s'inscrit dans le cadre de son programme sur le stationnement pour combattre l'urgence climatique (Climate Emergency Parking Program).

La première proposition est d'indroduire un permis de stationnement pour les propriétaires qui achètent un véhicule polluant fabriqué à compter de 2023. Les véhicules électriques, hybrides et conçus pour accueillir un fauteuil roulant en seraient exemptés.

Les frais pour l'obtention du permis seraient établis en fonction du type de voiture. Environ 500 $ par année pour les propriétaires de petits véhicules utilitaires sport et jusqu'à 1000 $ par année pour les propriétaires de plus gros véhicules, de camionnettes ou de voitures de sport de luxe.

La seconde proposition est d'imposer un permis de stationnement de nuit pour les rues résidentielles de Vancouver de 45 $ par an pour les résidents et de 3 $ la nuit pour les visiteurs.

La Ville mène des consultations publiques sur la question jusqu’au 5 juillet. Le conseil municipal devrait se prononcer l'automne prochain.

La Ville estime qu'une telle mesure pourrait générer des revenus de 60 millions de dollars. Cet argent doit servir à financer de nouveaux projets environnementaux.

Le Climate Emergency Parking Program a été approuvé par la Ville en novembre 2020 avec pour but de réduire les émissions de gaz carbonique de 50 % d’ici 2030. Puisque les véhicules génèrent 40 % des émissions de gaz carbonique, indique la Ville, elle espère que cette initiative aide à atteindre la cible qu’elle s’était fixée.

Des réactions mitigées

L’urbaniste Gaétan Royer accueille favorablement l'adoption de nouveaux frais de stationnement visant à lutter contre les changements climatiques.

Ça va aider les gens à acheter des véhicules propres, mais aussi les inciter à prendre les transports en commun, dit-il en ajoutant que la congestion urbaine pourrait s’en trouver améliorée.

L’urbaniste pense que les régions entourant Vancouver devraient également prendre des mesures pour encourager le transport en commun et diminuer la congestion routière vers Vancouver.

C’est une bonne stratégie. Il y a beaucoup de projets d’infrastructure à faire. Il faut commencer à trouver des sources de revenus pour financer ces travaux-là.

Une citation de :Gaétan Royer, urbaniste

La directrice de la division britanno-colombienne de la Fédération canadienne des contribuables, Kris Sims, craint toutefois que la proposition sur les véhicules polluants puisse un jour être également imposée aux véhicules plus âgés, ce qui aurait un impact pour les personnes à plus faible revenu.

N’ouvrez pas cette porte, ne commencez pas à demander 1000 $ aux gens pour stationner leur voiture devant leur maison, ils sont déjà assez taxés sur leur voiture, dit-elle en nommant par exemple la taxe sur l’essence, la taxe à l'achat et le prix des assurances.

Cela rendra la vie encore moins abordable pour les Vancouvérois qui vivent déjà dans l’un des endroits les plus chers au monde, souligne-t-elle.

Elle dénonce aussi le fait qu’une personne possédant un garage pouvant abriter leur voiture pendant la nuit n’aura pas à payer le permis de stationnement, mais qu’une personne qui louerait un logement sans garage devrait payer un surplus pour stationner une voiture dans la rue.

Ce ne serait tout simplement pas juste, soutient Kris Sims.

Avec des informations Raluca Tomulescu et de l'émission Boulevard du Pacifique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !