•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dîner à Roberval pour venir en aide à un confrère de classe atteint du cancer

Un adolescent et une femme font griller des pains hot-dogs.

Simon Boulianne et Sylvie Marcoux ont mis la main à la pâte pour aider un élève atteint d'un cancer grave.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

Des centaines de personnes ont participé à un dîner caritatif à la Cité étudiante de Roberval, lundi, pour venir en aide à un élève atteint d’un cancer qui reçoit actuellement des soins palliatifs.

L’idée de soutenir Charles Gignac, un étudiant de cinquième secondaire qui est atteint d'ostéosarcome, un grave cancer du tissu osseux, est venue de Simon Boulianne. Depuis le diagnostic en 2019, le cancer a progressé et les traitements ne fonctionnent plus pour lui. Son état s’est détérioré dans la dernière semaine.

C'est hyper touchant. Il y a eu d'autres campagnes de financement tout aussi touchantes, qui venaient nous chercher, qui venaient apporter du bonheur. On sent que le but des gens, c'est d'aider, de donner quelque chose, de faire quelque chose pour que Charles soit le plus heureux possible à travers ce qu’il vit, a témoigné sa mère Caroline Marcoux. 

Même si Simon Boulianne ne le connaissait pas, l’organisateur a décidé d’aller de l’avant avec son projet de dîner hot-dogs afin que Charles puisse réaliser l’un de ses rêves les plus chers qui est de parcourir le monde. Il a pensé qu'un casque de réalité virtuelle lui permettrait de voyager autrement.

C'est pour être solidaire là. Avec la COVID-19 en ce moment, c'est un peu dur pour tout le monde. Donc, un peu de joie pour lui, ce serait pas de tort là. Moi, ça me coûte rien de lui faire des hot-dogs un midi, mais je vais peut-être bien lui faire un sourire a dit l’élève de troisième secondaire. 

Son rêve, c'était d'aller en Angleterre. Avec ce casque-là, il va pouvoir être là-bas. C'est comme un écran. Tu vois tout, mais c'est vraiment bien fait.

Le corps professoral et la direction ont été emballés par cette initiative.

J'ai trouvé ça très touchant et j'ai trouvé que c'était un beau geste de solidarité. Souvent, les gens ici sont très solidaires de leurs pairs, même s'ils ne les connaissent pas a dévoilé l’enseignante Sylvie Marcoux. 

Ce n'est qu'une fierté pour une direction de voir ses élèves se mobiliser pour un élève souffrant a souligné la directrice de la Cité étudiante de Roberval, Annie Lemelin.

D'après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !